LE FIL

InVivo Wine

Bruno Kessler pilote les approvisionnements

Mercredi 20 mars 2019 par Michèle Trévoux

Bruno Kessler pilote désormais la politique d'approvisionnement d'InVivo Wine.
Bruno Kessler pilote désormais la politique d'approvisionnement d'InVivo Wine. - crédit photo : DR
L’œnologue est nommé "chief winemaker" d'InVivo dont l’ambition est de développer des vins de marque premium.

Depuis le 2 janvier, Bruno Kessler est chief winemaker chez InVivo Wine. Rattaché au nouveau directeur général, Frédéric Noyère, il est en charge de la politique globale d’approvisionnement en vins (en vrac comme en bouteille) et de vinification. Cette fonction était précédemment dispatchée dans la constellation de sociétés qui composent In vivo wine. Elle sera désormais centralisée, sous sa responsabilité et celle de son équipe, composée d’une dizaine de personnes. Il n’a en charge que les achats pour lesquels il peut « avoir un impact œnologique » et n’interviendra pas dans le sourcing des grands vins, assuré par Mestrezat à Bordeaux et Armit Wine en Grande Bretagne.

Un sourcing prioritaire chez les 9 coopératives partenaires

In Vivo Wine a pour ambition de développer des vins de marque premium. Pour en assurer le sourcing, Bruno Kessler s’appuie sur les neuf coopératives partenaires qui ont adhéré à son projet : Val d’Orbieu, Evoc, Saint Maurice de Cazevieille, Rocca Maura, Terroirs du Vertige en Languedoc, GICB à Banyuls, Agamy en Beaujolais, Univitis à Bordeaux et Labastide dans le Tarn.  « Nous nous approvisionnons prioritairement chez ces partenaires. Ce qui ne nous empêche pas d’acheter ailleurs les vins qu’ils ne sont pas en mesure de nous fournir », précise-t-il. 

Les gammes bio et Cordier présentées à Prowein

Suite à l’accord de distribution exclusive conclu avec Château Maris, domaine en bio et biodynamie en AOC Minervois La Livinière, In Vivo Wine lance cette année une gamme de vins bio et biodynamie, avec la marque phare Château Maris, complétée par deux autres marques, Maris et  Robert Eden Sélection, alimentées par du sourcing extérieur au domaine. « Nous avons les volumes pour commercialiser 1 million de cols cette année », précise le chief wine-maker. 

Autre gamme qui sera présentée lors du salon Prowein du 17 au 19 mars à Düsseldorf : la gamme Cordier, composée de 17 références dont 14 AOP des différentes régions de France. « Tous ces vins ont été vinifiés dans nos caves partenaires suivant un cahier des charges discuté en amont.  C’est l’ADN de notre projet : marketer une offre de vins premium, dont nous maîtrisons la production et la vinification ».

Des projets de croissance externe à l’étude

Parallèlement à la création de marques, plusieurs projets de croissance externe sont à l’étude, qui permettraient d’étoffer le portefeuille de marques. Elles concernent des sociétés de négoce, de commercialisation ou de distribution.

Pour se consacrer à cette nouvelle fonction, Bruno Kessler a cédé sa participation dans la société de négoce Grand Sud Vin, filiale sétoise du groupe Taillan. Il conserve sa participation dans Oenovia (conseil œnologique, distribution de produits œnologiques) mais n’exercera plus comme consultant.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé