LE FIL

Appels sur le dérèglement climatique à Porto, une opportunité pour les femmes ?

Vendredi 08 mars 2019 par Marion Sepeau Ivaldi

Dans le Sud, les vignerons s’inquiètent : le débourrement a débuté. La chaleur des dernières semaines a précipité le réveil de la vigne. Un scénario qui plagie de façon préoccupante l’année 2017, elle aussi précoce et marquée par ce gel historique dramatique. Cette précocité intervient comme un fait exprès la même semaine où Porto accueillait le « Climate Change Leadership », rendez-vous de la filière vinicole mondiale sur le changement climatique et où s’est rendu Vitisphere. Les appels se sont succédé pour appeler le Mondo Vino à agir face à l’urgence du dérèglement climatique. Miguel Torres propose une union mondiale, Gérard Bertrand, une fondation pour la biodiversité, axée sur la bio et la biodynamie. Les grands noms du vignoble mondial donnent l’exemple. Et chacun à son échelle peut agir. Pas seulement en investissant dans l’innovation de pointe comme au Château Montrose, mais aussi en s’appuyant sur les initiatives collectives peut-être plus à la portée des bourses des exploitations viticoles. En matière de changement climatique, l’élan collectif est nécessaire, insistait récemment le président de l’IFV, Bernard Angelras sur notre site.

Aujourd’hui, le monde célèbre la journée de la femme. Les études sociologiques montrent qu’elles sont souvent plus sensibles à la question écologique et souvent à l’origine du changement environnemental sur leurs exploitations viticoles. Elles étaient seulement 6 à intervenir à Porto. Peut-être qu’un appel aux vigneronnes du monde entier ferait accélérer les choses ?

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé