LE FIL

Filière

Thierry Julien devient président de France Vin Bio

Jeudi 31 janvier 2019 par Marion Sepeau Ivaldi

Thierry Julien est le nouveau président de France Vin Bio.Thierry Julien est le nouveau président de France Vin Bio. - crédit photo : DR
Succédant à Richard Doughty, le languedocien n’est pas un inconnu des organisations professionnelles des producteurs de vins bio.

A la tête du Mas de Janiny (Saint-Beauzille de la Sylve), Thierry Julien est, depuis décembre, le président de FranceVinBio. « Prendre la présidence de France Vin Bio m’a intéressé car il y a de nombreux chantiers à mettre en œuvre » explique celui qui a été président de SudVinBio de 2007 à 2013. Le premier chantier est de réveiller la belle endormie qu’est France Vin Bio et poursuivre sa structuration. Certaines régions viticoles peinent à structurer leur production bio, notamment en Alsace, Bourgogne et Champagne. Le nouveau président commence sur une nouvelle plutôt encourageante dans cette ambition de structuration. La région PACA vient de se fédérer et de nommer un président, Denis Guthmuller. La nouvelle structure est devenue adhérente à France Vin Bio.

Défense du cuivre

Mais, c’est sans doute le dossier du cuivre qui aura l’attention la plus appuyée de Thierry Julien. « Il faut que nous y travaillions, notamment en assurant une meilleure représentation à Bruxelles. Ce travail est obligatoire si nous ne voulons pas nous retrouver dans la panade dans 7 ans » indique-t-il. Par ailleurs, il compte bien s’opposer catégoriquement à l’autorisation de phosphonate d’aluminium en viticulture biologique. Défendue par les Allemands, la molécule est une hérésie pour les viticulteurs Bios français. Enfin, sur le dossier du cuivre, France Vin Bio compte faire tout ce qui est en son pouvoir pour inciter les organismes de recherche à mettre en œuvre une étude sur la réalité des résidus dans les sols. « Il semblerait qu’il n’y est pas une étude digne de ce nom sur le sujet » indique Thierry Julien. Or, une série d'analyses réalisées par SudVinBio chez ses adhérents montrent que les doses présentes sont inférieures à l’indice de relargage des minéraux dans le sol. Et ceux sur des parcelles parfois conduites en bio depuis plus de trente ans.

Les vins natures : c'est non !

Autre sujet, tout aussi brûlant mais dans un autre registre : les vins natures. Thierry Julien va prendre part aux débats tenus à l’INAO sur la définition des vins natures. Et sa position est tranchée : « je ne suis pas d’accord pour que ces vins s’appellent nature» martèle-t-il. Tout juste sera-t-il prêt à ce qu’ils s’appellent sans suffîtes.Pas sûr que les vins natures soient du même avis !

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé