LE FIL

Protection des riverains

L’Anev offre ses services de médiateur

Jeudi 17 janvier 2019 par Bertrand Collard
Article mis à jour le 18/01/2019 17:30:46

Nathalie Delattre et Philippe Hupé, les deux coprésidents de l'AnevNathalie Delattre et Philippe Hupé, les deux coprésidents de l'Anev - crédit photo : B. Collard
L’association nationale des élus de la vigne et du vin veut participer à la rédaction des chartes de bonnes pratiques de traitement à proximité des habitations.

Gros sujet pour la campagne à venir : la mise en place des chartes de bonnes pratiques de traitement à proximité des habitations. L’association nationale des élus de la vigne et du vin (Anev) entend jouer un rôle dans ce délicat chantier, a-t-elle annoncé le 15 janvier.

"Proximité"

« Le premier service que doit rendre l’Anev c’est un service de médiation et de proximité. C’est dans ce but que nous confectionnons un guide des bonnes pratiques », explique Nathalie Delattre, co-présidente de cette association et sénatrice de la Gironde.

Ce guide rappellera des règles élémentaires par exemple prévenir ses voisins avant un traitement. Il présentera des solutions pour réduire les risques, comme la plantation de haies ou de cépages résistants.

Prévu pour les semaines à venir, ce document se veut un outil pour aider les maires à organiser les concertations entre viticulteurs et riverains.

"Echelon communal"

« Le gouvernement a souhaité que la question des bonnes pratiques soit traitée au niveau départemental, avec les préfets au centre des discussions. Nous pensons que ce problème doit être traité au plus près du terrain. Il faut que les maires puissent organiser ces discussions entre les viticulteurs et la population. C’est à l’échelon communal qu’il faut trouver des solutions », explique Nathalie Delattre en accord avec Philippe Hupé, l'autre coprésident, député de l'Hérault.

C’est la loi Egalim, parue le 1er novembre dernier, qui stipule que « l’utilisation des produits phytopharmaceutiques à proximité des [habitations] est subordonnée à des mesures de protection des habitants. »

Elle ajoute que « les utilisateurs [de produits] formalisent ces mesures dans une charte d’engagements à l’échelle départementale, après concertation avec les habitants [concernés] ».

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé