LE FIL

Languedoc

Millésime bio espère dépasser la barre de 6000 visiteurs

Mardi 15 janvier 2019 par Marion Sepeau Ivaldi
Article mis à jour le 18/01/2019 09:13:12

Au centre, Patrick Guiraud, président de SudVinBio appelle à accompagner les conversions en bio.Au centre, Patrick Guiraud, président de SudVinBio appelle à accompagner les conversions en bio. - crédit photo : Marion Sepeau Ivaldi
Du 28 au 30 janvier prochain, le salon Millésime Bio ouvre ses portes pour une édition placée, une nouvelle fois, sous le signe de la croissance. Celle du salon mais aussi du marché des vins bios.

« Nous comptons franchir la barre des 6000 visiteurs » annonce Nicolas Richarme, président de la Commission Millésime Bio. Alors que 3500 visiteurs se sont inscrits à la mi-janvier, le salon s’attend à une croissance de sa fréquentation. Ils étaient 5700 visiteurs l’an dernier (dont 25 % d’étrangers). Il est vrai que le nombre d’exposants est à nouveau en croissance à 1123 exposants vins (+13 %) pour une surface d’exposition, elle aussi en hausse : passant à 21 000 m2 (contre 17 000 m2 l’an passé). L’offre est en grande partie hexagonale, avec 40 % de l’offre française représentée. Les exposants proviennent de 20 pays différents avec des origines nouvelles comme la Nouvelle-Zélande ou le Liban.

La consommation progresserait de 13.3%/an

Ce dynamisme du salon est le reflet d’un marché des vins bios en pleine expansion. Cette économie florissante fera l’objet d’une conférence le 28 janvier où sera dévoilée une étude prospective à 5 ans réalisée par l’IWSR. Millésime Bio en a dévoilé quelques chiffres en avant-première ce 15 janvier. La consommation française devrait atteindre les 17.26 millions de caisses en 2022, contre 9.26 consommées en 2017. Ce qui équivaut à une croissance de 13,3%/an de la consommation en vin bio de l’Hexagone, alors que les vins conventionnels connaîtraient un recul de 2.9 %/an. Le chiffre d’affaires atteindrait en 2022 les 1.61 milliard d'euros, soit le doublement de son chiffre d’affaires actuel. Dans ce contexte, « il faut accompagner les conversions des producteurs, notamment pour les aider à maintenir les rendements » a insisté Patrick Guiraud, président de SudVinBio, organisatrice du salon Millésime Bio. Après une période d’accalmie (entre 2014 et 2016), les conversions repartent d’ailleurs à la hausse depuis 2017 où la superficie des surfaces cultivées en bio et en conversion représentaient 78 500 ha. En 2018, les conversions ont progressé de 26 %. De quoi suivre la dynamique de marché, sans pour autant combler la demande.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé