LE FIL

Infographie

L’export en passe de devenir le premier débouché des rosés provençaux

Lundi 07 janvier 2019 par Chantal Sarrazin

L'export devient le premier débouché des vins de Provence.
L'export devient le premier débouché des vins de Provence. - crédit photo : Creative Commons CC0
Selon les estimations du conseil interprofessionnel des vins de Provence (CIVP), les ventes des rosés de Provence à l’export auront dépassé celles totalisées en grande distribution en 2018. L’export est ainsi en passe d’être le premier débouché du vignoble provençal.

La roue tourne. L’export s’apprête à devenir le premier circuit de commercialisation des rosés provençaux reléguant ainsi la grande distribution, le débouché historique du vignoble, au second rang. En effet, d’après les estimations établies par le Conseil interprofessionnel des vins de Provence (CIVP), les sorties commerciales à l’exportation des trois AOP provençales - côtes-de-Provence, coteaux d’Aix-en-Provence et coteaux varois en Provence – devraient osciller entre 400 et 420 000 hl en 2018, soit une hausse comprise entre + 5 et + 10 % par rapport à l’année précédente. De leur côté, les ventes en hypers et supermarchés s’établiraient aux alentours de 380/400 000 hl, contre un peu plus de 450 000 hl en 2017.

Ce n'est pas une surprise

Pour les opérateurs provençaux cet effet de ciseaux entre la courbe des ventes à l’exportation et en grande distribution n’a rien d’une surprise. « Nos ventes à l’étranger sont en augmentation constante depuis cinq ans, commente Philippe Brel, directeur général d’Estandon Vignerons. Aux USA, notre premier marché la demande est toujours aussi dynamique avec des progressions à deux chiffres. Parallèlement, de nouveaux pays s’ouvrent à nos rosés tels que le Canada, le Brésil et la Grande-Bretagne. Si bien que l’export prend désormais le pas sur le marché domestique. »

Il faut dire que les vignerons et les négociants provençaux ont tout intérêt à expédier leurs flacons en dehors des frontières hexagonales. Selon les douanes, le prix de vente d’une bouteille de rosé de Provence partant pour les Etats-Unis s’élève à 5,25 € HT le col. Ce qui équivaut quasiment au prix moyen de vente TTC d’un rosé de Provence dans les rayons des hypermarchés français. La roue en faveur de l’export n’est pas prête de s’arrêter.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé