LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 

Omerta

Saura-t-on qui a francisé 46 millions de cols de rosés espagnols ?

Mardi 01 janvier 2019 par Alexandre Abellan avec AFP et Marion Ivaldi

« Des manquements ont également été observés concernant le libellé de la dénomination de vente sur les factures, celui-ci étant parfois imprécis avec pour possible conséquence des mentions d’origine erronées au stade de la commercialisation, notamment à l’étranger lorsque ces vins sont réexportés » détaille l’enquête de la DGCCRF.
« Des manquements ont également été observés concernant le libellé de la dénomination de vente sur les factures, celui-ci étant parfois imprécis avec pour possible conséquence des mentions d’origine erronées au stade de la commercialisation, notamment à l’étranger lorsque ces vins sont réexportés » détaille l’enquête de la DGCCRF. - crédit photo : Création Vitisphere
La publication, partielle, des résultats d’enquête des Douanes a créé une attente qui pourrait ne jamais être levée.

C’était le scoop de l’été. Le Parisien a révélé que 70 000 hectolitres de vins rosés espagnols ont été francisés ou vendus sous un packaging pouvant prêter à confusion sur leur pays d’origine. Des procédures pénales pour tromperie, pratique commerciale trompeuse ou usurpation de signes de qualité ont été ouvertes, avec des peines encourues de deux ans de prison et d’au moins 30 000 euros d’amende. Ayant marqué les esprits, ces révélations ont cependant créé un flou entretenu sur l’ampleur et l’organisation de cette fraude.

Enquête des douanes

En réalité, ces éléments se basent sur un ensemble d’enquêtes diligentées par la DGCCRF en 2016 et 2017 auprès de 179 établissements de la filière viticole (aussi bien des producteurs que des metteurs en marché). Dans son rapport, la DGCCRF rapporte que « plusieurs cas de francisation concernant des volumes allant de 2 000 hl à 34 500 hl (soit l’équivalent de 4,6 millions de bouteilles) ont été constatés. […] Des vins espagnols étaient ainsi revendus en vrac en tant que « vin de France » voire en usurpant un nom d’IGP française ». L’identité des opérateurs indélicats reste un mystère à l’heure actuelle, les tensions languedociennes sur les importations espagnoles restant vives après les coups d’éclats de 2016 et 2017. Tandis que cinq viticulteurs, poursuivis pour association de malfaiteurs au plus fort de la crise languedociennes, viennent d’être relaxés (cliquer ici pour en savoir plus).

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé