LE FIL

DRC 1945

Combien d’hectares de vignes pourra-t-on s’acheter avec la bouteille la plus chère au monde ?

Dimanche 30 décembre 2018 par Alexandre Abellan

Avec 558 000 $ pour 75 cl du domaine de la Romanée Conti 1945, un investisseur aurait tout aussi bien pu acheter 40 ha de vignes en Armagnac ou Cahors.Avec 558 000 $ pour 75 cl du domaine de la Romanée Conti 1945, un investisseur aurait tout aussi bien pu acheter 40 ha de vignes en Armagnac ou Cahors. - crédit photo : Création Vitisphere
Si comparaison n’est pas raison, il est frappant de convertir les 484 000 € déboursés pour une bouteille de la Romanée Conti en surfaces viticoles.

Faisant le vide dans son incroyable cave personnelle, Robert Drouhin, le président du conseil de surveillance de la maison Joseph Drouhin (Beaune), a vendu ce 13 octobre aux enchères une centaine de lots à New York. Orchestré par Sotheby’s, cet évènement exceptionnel a récolté 7,3 millions de dollars, soit 6,3 millions d’euros, avec une adjudication record qui a beaucoup fait parlé : 558 000 $ pour une bouteille de la Romanée Conti de 1945. Soit 484 000 €, en faisant la bouteille de vin la plus chère au monde (au grand dam de la propriété, voir encadré).

« Ça n’a pas de prix, comme un tableau » confirme Robert Drouhin, qui souligne sa fierté bourguignonne face à une telle vente, tout en reconnaissant un versant négatif. « Cela va participer à l’inflation du prix des vignes » explique-t-il, « ça devient impossible pour une famille de s’acheter de belles vignes, c’est le terrain de chasse des investisseurs. C’est une rupture, alors qu’il faut que les terres de vignobles restent dans la famille pour transférer l’expérience. »

De 81 ha en Coteaux-du-Vendômois à 0,08 ha de grand cru bourguignon

Au-delà des futurs effets spéculatifs de ce record, on peut déjà tirer des calculs comparatifs. D’après les statistiques 2017 des Sociétés d’Aménagement Foncier et d’Établissement Rural (Safer), avec les 484 000 € déboursés pour la bouteille la plus chère au monde, son acheteur aurait pu investir, en moyenne, dans 3,4 hectares de vigne AOP (l’hectare en appellation français s’échangeant 143 900 euros en moyenne en 2017).

En Bourgogne, la somme de cette DRC 1945 représente quasiment 12 hectares en appellation régionale (41 000 €/ha en moyenne), mais seulement 0,08 ha en grand cru (s’échangeant en moyenne 6 millions €/ha). Record, cette bouteille représente au maximum l’équivalent de 81 ha en Coteaux du Vendomois (6 000 €/ha), 54 ha en Corbières (9 000 €/ha), 48 ha en Côtes du Marmandais (10 000 €/ha), 40 ha en Armagnac et Cahors (12 000 €/ha), 20 ha en Savoie les quatre Cantons (24 000 €/ha), 10 ha en Beaujolais cru Juliénas et Cognac cru Borderies (48 000 €/ha), 4 ha en Bandol et Saint-Joseph (120 000 €/ha), 3 ha en Sancerre (160 000 €/ha), 2 ha en Pouilly Fouissé (240 000 €/ha), plus d’un hectare en Châteauneuf du Pape (405 000 €/ha) ou Cornas et Pessac-Léognan (450 000 €/ha) et un tiers d’hectare en Côte de Blancs de Champagne (1,4 million €/ha).

« Ce vin ne sera jamais bu »

Pour Aubert de Villaine, le copropriétaire du mythique domaine de la Romanée Conti, cette enchère record s'explique par le fait que 1945 est une grande année (qui plus est celle de la victoire de la seconde guerre mondiale), que ces bouteilles sont rares (seules deux pièces ont été produites), qu'il s'agit du dernier millésime de vignes préphylloxériques (le vignoble étant alors en plein dépérissement, faute de sulfate de carbone pendant le conflit) et que cette bouteille a été conservée dans une seule cave depuis 70 ans. « Tous ces éléments ont amené un fou à payer ça… » analyse Aubert de Villaine. Soulignant que, face à de tels chiffres, « le vin est oublié », et soupirant : « j’imagine que ce vin ne sera jamais bu ».

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé