LE FIL

Anti-mildiou, anti-grêle…

Les premières vignes sous film escamotable arrivent

Lundi 07 janvier 2019 par Alexandre Abellan

Réunissant les « propriétés les plus riches de Bordeaux », Patrick Delmarre leur a dévoilé le premier prototype de Viti-Tunnel ce 17 décembre : 10 mètres de longueur de filet imperméable et respirant.Réunissant les « propriétés les plus riches de Bordeaux », Patrick Delmarre leur a dévoilé le premier prototype de Viti-Tunnel ce 17 décembre : 10 mètres de longueur de filet imperméable et respirant. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
Imperméable, transparent et amovible un prototype de couverture physique des rangs de vignes compte se déployer sur 1,5 kilomètre de prestigieuses vignes bordelaises pour prouver son concept de protection global en 2019.

« Je veux démontrer que si l’on empêche la pluie de tomber sur les grappes et feuilles [de vignes], on empêche le mildiou de se développer » pose Patrick Delmarre, le fondateur de la start-up Mo.Del. Dévoilant fièrement ce 17 décembre le premier prototype de Viti-Tunnel, un filet imperméable et respirant, enroulé au-dessus de la vigne et pouvant l’englober comme une tente, l’entrepreneur est en pleine opération de séduction. Il cherche à convaincre dix grands châteaux bordelais d’accueillir en 2019 les essais de son dispositif de couverture automatique, et de soutenir financièrement cette expérimentation. Chaque propriété s’est vue proposer l’implantation sur trois rangs de 50 mètres du dispositif Viti-Tunel, pour 17 000 euros sur deux ans.

Malgré le coût élevé (pourtant réduit grâce à 240 000 € de subventions) et le manque de visibilité (qu’il s’agisse de résultats ou de perspectives de mises en marché), l’aréopage réuni des directeurs des grands crus des Graves, du Médoc et de Saint-Émilion ne cache pas son intérêt porté pour ce projet novateur. Pour ne pas dire iconoclaste, mais qui ouvre une cascade de pistes pour réduire drastiquement l’exposition des vignes aux pesticides et aux aléas climatiques.

Mildiou, black-rot et excoriose

Pouvant couvrir en quelques minutes la vigne sur laquelle il est positionné en cas d’alerte météo, le premier prototype de Viti-Tunnel se propose de mettre un terme aux contaminations du mildiou, du black-rot et de l’excoriose. « Ce sont trois maladies qui sont strictement dépendantes de la pluviométrie pour se développer. SI l’on empêche la pluie de toucher la plante, on empêche la maladie » martèle Patrick Delmarre, qui compte aussi développer une solution contre l’oïdium*. « On a créé une boîte hermétique impropre au développement des champignons » résume Eduardo Echavarria Díaz-Guardamino, le directeur général des entreprises Barre, qui ont conçu et fabriqué le prototype, et qui sont désormais associées au projet (voir encadré).

Au-delà de la réduction des phytos, Viti-Tunnel doit aussi protéger les vignes contre les pertes de récolte par les aléas climatiques. Paragrêle, son filet recouvre la vigne et pourrait ainsi augmenter sa température, et donc limiter les dégâts de gel. Lors de la fleur, fermer le tunnel pendant les pluies permettrait aussi d’éviter toute coulure climatique estime Patrick Delmarre. « Additionner les fonctionnalités permet d’amortir l’investissement » souligne Francis Moinereau, le directeur commercial de Texinov, qui a développé le filet en polyéthylène.

"Prototype expérimental"

Prometteur, ce prototype « solid edge » doit désormais faire la preuve de son concept, en suivant le protocole mis en place par l’Institut Français de la vigne et du Vin (IFV). Des placettes expérimentales devant permettre de mesurer l’effet de Viti-Tunnel sur la pression sanitaire, ainsi que sur la maturité des raisins et l’impact sur les vins. « Le projet prend de la consistance, on va passer de la théorie à la pratique, mais il s’agit d’un prototype expérimental et pas d’un produit définitif » prévient Patrick Delmarre.

La première version de Viti-Tunnel est présentée comme un moyen de vérifier la réduction de la pression sanitaire, sans avoir vocation à être le modèle qui pourrait être commercialisé à l’avenir. Le système actuel d’enroulement laisse ainsi des questions pratiques en suspens (notamment pour le rognage). Un second prototype est développé, avec une approche différente, tandis qu'un troisième système est déjà envisagé.

Objectif : 1,5 km

Pour confronter son prototype à une utilisation in situ dans différentes situations, Patrick Delmarre attend pour début 2019 des réponses des châteaux sollicités. Son objectif étant d’installer trente rangées de prototypes avant la campagne du printemps prochain. Soit 1,5 kilomètre de vignes pouvant être couverte à volonté. Patrick Delmarre attend également l’aval de l’Institut National de l’Origine et de la Qualité (INAO) pour autoriser l’utiliser en appellation les vins issus des vignes couvertes. Une fois ce cadre obtenu, le projet pourra passer à la phase de test en plein champ, et démontrer s'il est possible de mettre le rendement des vignes à l'abri des principales maladies et autres aléas climatiques.

 

* : Dans un second temps, l’entrepreneur envisage en effet d’installer des bonbonnes de soufre fleur dans l’armature de Viti-Tunnel. Afin de traiter contre l’oïdium en préventif, des premières feuilles à la véraison, et qu’il n’y ait plus besoin de passage de pulvérisateurs dans les vignes.

Concrétisation de projet

« Quand Viti-Tunnel s’implantera dans le vignoble, ça va commencer à parler dans les campagnes » se réjouit Patrick Delmarre. Après plus de deux ans à réfléchir à ce projet, l’entrepreneur se félicite de la tournure concrète prise par son idée. Ce virage du prototypage a été permis par la rencontre cet été, dans le cadre du cluster Inno’Vin, avec les établissements Barre pour réaliser la structure métallique (grâce à leur expertise dans le développement de serres spécialisées) et avec l’entreprise Texinov pour la couverture (un filet tricoté et indémaillable en polyéthylène qui est déperlant, respirant et paragrêle).

 

Technicien conseiller préconisateur aux établissements Touzan (groupe Isidore, qui encourage ses recherches), Patrick Delmarre est particulièrement bien placé pour connaître la demande viticole de réduction des intrants. Son idée de recouvrement des vignes est née de l'observation de son voisin maraîcher : devant traiter ses tomates de plein champ contre le mildiou, mais n'ayant aucun traitement à faire sous serre.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
Cognac XO Le 12 janvier 2019 à 20:35:37
Quelle belle invention...Je vois dèjà nos grands châteaux du bordelais recouvrir leur vigne de cet étincelant linceul protecteur ô combien esthétique...Les visiteurs du monde entier viendront photographier ces étendues de vignes....sous serre....où le paysage jadis si vert et si coloré sera remplacé par un paysage de lignes blanches.( je vous jure de ne pas la dépasser...)... Vous vous rendez compte!...Que ce sera magnifique!... Que dire du vignoble champenois, classé au patrimoine de l'UNESCO, avec ses hectares de vigne recouvert d'un film protecteur si photogénique, qu'il se fond si bien dans le paysage.... AH!...il sera loin le temps ou l'on pouvait admirer les vignes avec leur feuillage vert flamboyant, qui nous réjouissais, nous, viticulteurs, d'avoir si bien su modeler ce paysage si naturel et unique... Trêve de plaisanterie....Pour faire suite à Daniel Pasquet, rendons à César ce qui est à César....Merci M. Seinsevin d'avoir trouvé un procédé efficace qui à fait ses preuves chez vous, et qui, quelque part respecte la nature (moins de traitements, protection contre les aléas climatiques, Etc...) mais qui modifie considérablement le cycle de la vigne, et surtout qui la rend laide.... Bon...de toute façon, vu le prix au mètre, je ne pense pas que ce sera pour demain que l'on verra ce système envahir nos vignobles (surtout pas ceux "mécanisés"...)..et de plus, j'attends de voir ce système réagir un soir de tempête genre 1999...je pense que les lignes blanches bougeront fortement à ce moment là...et que l'INAO, si elle donne son accord à la démocratisation de ce système, se rendra compte qu'elle aura dépasser...la ligne blanche....
Daniel Pasquet VINIVITISBIO Le 09 janvier 2019 à 15:40:48
Bonjour et meilleurs voeux à tous. Avec étonnement et curiosité je viens de lire votre article sur la couverture des vignes par tunnel escamotable. Au regret de vous décevoir, cette idée n'est pas innovante, elle avait déjà été présentée à la commission viticole de St Emilion, dont je faisais partie, en 1996 ou 97, par Daniel Seinsevin, viticulteur à Saint Vincent de Pertignas, qui lui même protégeait ainsi une parcelle sous le Chateau du Courros (je passais devant tous les jours). Constat : diminution du risque de gelée printanière, accélération de la vitesse de croissance avant fleur, réduction du nombre de traitements. Si ma mémoire est bonne, son idée avait été rejetée par l'INAO, et son expérimentation interdite. Il me semblerait élégant de lui en accorder la paternité. Daniel PASQUET SARL VINIVITISBIO
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé