LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 

Chablis

Une année record en volumes de moûts vrac

Lundi 17 décembre 2018 par Juliette Cassagnes

Adrien Michaut préside la Fédération de défense de l'appellation Chablis depuis juillet 2018
Adrien Michaut préside la Fédération de défense de l'appellation Chablis depuis juillet 2018 - crédit photo : DR
La belle récolte 2018 à Chablis a eu pour conséquence une très forte progression des volumes échangés en moûts lors de cette campagne vrac. Les stocks de VCI devraient pouvoir eux-aussi être reconstitués.

La campagne vrac à Chablis a été marquée cette année par un volume record de transactions sous forme de moûts : environ 120000 hl ont été vendus dans toutes les appellations, contre 80000 hl habituellement, « du jamais vu », indique Adrien Michaut, président de la FDAC. Une évolution à mettre sur le compte de la récolte 2018 qui a été, une fois n'est pas coutume, pleine. Un phénomène auquel ne s'attendaient pas du tout les vignerons, compte-tenu des conditions météo estivales, avec une sécheresse marquée et des raisins desséchés.

"Laisser passer le risque de gel "
« On s'attendait à une petite récolte. Les vignerons ne s'y étaient pas préparés, il leur manquait de la capacité de cuverie, ce qui les a contraints à vendre en moûts pour libérer de la place », témoigne celui-ci.

Cette récolte abondante a eu aussi pour effet d'abaisser légérement les prix : pour l'appellation Petit Chablis, les moûts se sont vendus en moyenne à 600€ la feuillette (132 litres) contre 700€ l'an dernier, le Chablis à 700€ contre 800€ l'an passé, et les 1ers crus à 1200€ contre 1500€ l'an dernier. « Les cours se maintiennent et les vins restent plutôt bien valorisés ; nous sommes plus que satisfaits, relativise le responsable professionnel. On s'y retrouve car le rendement passe de 40 hl/ha l'an dernier à 60 hl/ha cette année ».

Le VCI, une véritable assurance pour les vignerons

Depuis cette forte activité enregistrée au moment des vendanges, le marché vrac est très calme. « Il ne se passera plus rien avant avril, prévoit Adrien Michaut. Les opérateurs laissent passer la période du gel de printemps pour savoir le potentiel de récolte de l'an prochain, avant d'acheter ou de vendre les vins clairs », explique celui-ci. S'il est entamé, les prix ont de fortes chances de se « tendre » et de grimper, et les vignerons de vouloir garder leurs vins ; si aucune catastrophe ne se produit, ils seront à l'inverse, susceptibles de baisser.

Les très bons rendements 2018 en Chablis, parfois supérieurs à 75 hl/ha, ont par ailleurs permis à la plupart des vignerons de reconstituer du VCI, dans la limite de 10 hl/ha. Le stock global devrait atteindre les 55000 hl pour l'année 2018. Après plusieurs années de disettes, il avait atteint un niveau quasi-nul. « C'est une très bonne chose, car cela représente pour nous une véritable assurance », explique l'élu.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé