LE FIL

Provence

Bernard Angelras préside le centre du rosé

Mercredi 14 novembre 2018 par Alexandre Abellan

Élu ce 6 novembre à la présidence du centre du rosé, Bernard Angelras a quitté récemment le syndicat viticole des Costières de Nîmes, dont il est le président d’honneurÉlu ce 6 novembre à la présidence du centre du rosé, Bernard Angelras a quitté récemment le syndicat viticole des Costières de Nîmes, dont il est le président d’honneur - crédit photo : IFV/Centre du Rosé
Fêtant l’an prochain ses 20 ans, l’institut de recherche et d’expérimentation basé dans le Var se dote d’un nouveau président. À la fois pour porter un projet de construction (à 4 millions d'euros) et affirmer son ambition (de pôle mondial)

Plus connu sous le nom de centre du rosé, le Centre de Recherche et d’Expérimentation sur le Vin Rosé accueille à Vidauban un nouveau président : le vigneron gardois Bernard Angelras. Succédant à la viticultrice provençale Fabienne Joly (secrétaire générale de la chambre d’Agriculture du Var) en tant que président de l’Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV), Bernard Angelras relance l’alternance entre les trois collèges siégeant au conseil d’administration du Centre du Rosé. Après un doublé de la CA83*, et avant qu’un représentant de la filière des rosés de Provence ne lui succède en 2021. En attendant, Bernard Angelras se pose dans un communiqué « en rassembleur de tous ceux qui sont concernés, interprofession, Organismes de Défense et de Gestion, Chambres d’Agriculture, Collectivités et services de l’État ».

Souhaitant fédérer, le mandat du vigneron gardois va d’abord porter sur la construction de nouveaux bâtiments techniques, avec une salle de dégustation et un laboratoire d’analyses. S’élevant à 4 millions d’euros, ces travaux doivent débuter à Vidauban courant 2019. Conséquents, ces investissements doivent consolider le statut de référence internationale du centre du rosé, qui en a l’ambition depuis sa création, en 1999. Fêtant au printemps prochain ses vingt ans, l’institut va cependant davantage se tourner vers les défis d’avenir que sur les découvertes passées.

"Innovation variétale et irrigation"

Face aux multiples « enjeux au vignoble », Bernard Angelras laisse le champ des possibles ouverts pour le pôle technique. « La réduction volontaire ou imposée des produits phytosanitaires, et [à] l’impact du changement climatique nécessitent de multiples réponses pour les vignerons et les entreprises, grâce par exemple à l’innovation variétale et l’irrigation » estime-t-il.
Le centre du rosé est dirigé depuis sa création par le docteur Gilles Masson, expert en la matière.

 

* : Alain Baccino de 2014 à 2015, puis Fabienne Joly de 2015 à 2018.

Chiffres clés

Le centre du rosé emploie 9 salariés, dont 5 partagés avec le centre spécialisé de l’IFV. Spécialisé comme son nom l’indique sur le rosé, le centre publie en moyenne 30 articles de recherche par an sur le sujet. Sa cave expérimentale vinifie chaque millésime 200 cuvées pour autant d’essais au vignoble. Le centre accueille également un jury d’experts de la dégustation du rosé.

Le budget annuel du centre du rosé est de 800 000 euros.
 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé