LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 

Hiérarchisation

Le Gard clarifie son offre IG

Vendredi 19 octobre 2018 par Marion Sepeau Ivaldi

A gauche, Denis Verdier, président de la Fédération des IGP du Gard : 'une partie de nos IGP sont commercialisées principalement en vente directe'.
A gauche, Denis Verdier, président de la Fédération des IGP du Gard : 'une partie de nos IGP sont commercialisées principalement en vente directe'. - crédit photo : Marion Sepeau Ivaldi
La Fédération des IGP du Gard définit le positionnement de son offre d’indications géographiques en fonction de l’image des produits. Une hiérarchisation qui n’oublie pas une nouvelle IGP, que le Gard avait pourtant contestée.

Oubliés les désaccords passés ! L’IGP Terre du Midi, qui signe cette vendange sa première année de commercialisation, est officiellement intégrée à l’offre gardoise des vins IGP. La Fédération des IGP du Gard a présenté le 15 octobre la hiérarchie de son offre, pensée pour maintenir l’orientation d’une commercialisation de proximité déjà forte dans le département tout en intégrant l’IGP Terre du Midi, un temps refusée par les vins gardois.

A LIRE AUSSI

Révolution en Languedoc
L’IGP Terre du Midi fait consensus
Changement climatique
Les vins IGP veulent innover à tout prix

Préserver les circuits courts

La hiérarchisation vise à répartir les 3.3 millions d’hl produits dans le département (AOP et IGP compris). 30 % de l’offre est commercialisé en Pays d’Oc pour des marchés de vrac essentiellement. Mais, les trois autres IGP (Gard, Cévennes et Pont du Gard) ont misé sur la commercialisation en vente directe. 50 % des volumes de l’IGP Gard (soit 50 000 hl), 80 % des IGP des Cévennes (volumes annuels : 80 000 hl) et la totalité des volumes de l’IGP Coteaux du Pont du Gard (soit 20 000 hl) sont ainsi commercialisés directement en bouteille en circuits courts.

Une question de prix

En bas de la pyramide de l’offre IGP gardoise, l’IGP Terre du Midi fait donc son entrée. Quels seront les volumes pour cette IGP ? En ce début de campagne de lancement pour cette indication, il est difficile de faire des pronostics. Pour Denis Verdier, un temps réticent à sa création, les 400 000 hl d’IGP Pays d’Oc commercialisés en assemblage pourraient servir de base à son développement. Mais, la condition de la réussite se jouera sur les prix. « Notre IGP de département, l’IGP Gard a des cours mieux valorisés que les IGP Pays de l’Hérault et de l’Aude (1). Si l’IGP Terre du Midi qui est un nom séduisant pour le consommateur, parvient à se positionner autour de 70 à 75 euros/hl, alors elle sera attractive » indique-t-il. Affaire à suivre.

 

 

 

A titre d’exemple, le cours moyen de l’IGP rouge du Gard était de 78.96 euros/hl en 17/18 contre 72.59 euros/hl pour l’IGP de l’Aude et 72.37 euros/hl pour l’IGP Pays de l’Hérault.

 

 

 

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé