LE FIL

Votée mais pas bordée

Vendredi 05 octobre 2018 par Marion Sepeau Ivaldi

La loi sur l’agriculture et l’alimentation a été définitivement adoptée le 2 octobre par le parlement. A date, c’est un grand scepticisme qui plane sur ce qu’apportera le texte (que défend la députée Marie-Christine Verdier-Jouclas ici). Le rééquilibrage des relations commerciales est un exemple de la nébulosité actuelle. La construction des tarifs se fera à partir des coûts de production sous l’égide des interprofessions, ce qui conduit à créer des indicateurs de prix. Un travail qui doit être réalisé sans tomber dans le piège de l’entente sur les prix. On voit mal comment les interprofessions vont prendre un tel risque en l’absence de garanties officielles leur assurant d’être dédouanées de cette pratique illégale. 

Par ailleurs, les coûts de production seront forcément en augmentation en 2019 avec la fin de l’exonération sur les salaires des travailleurs saisonniers. La fixation des indicateurs de prix commencera donc avec un enjeu de taille, parvenir à répercuter au commerce, donc au consommateur, cet allégement pensé pour amortir les écarts de coût de la main d’œuvre avec nos concurrents européens. De quoi relancer dans les linéraires la concurrence entre les vins français et étrangers. Mais, que la production se rassure, la nouvelle loi a pensé à tout. Elle prévoit un meilleur étiquetage des bouteilles de vin pour qu’aucune confusion sur le pays d’origine de production ne soit possible. Il faudra donc compter sur le patriotisme d’achat des consommateurs et croiser les doigts pour que leur porte-monnaie ne leur dicte pas une autre voie.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
calocalo Le 05 octobre 2018 à 16:20:41
Nous avons à faire à des "bobos" qui n'ont jamais mis les pieds dans une exploitation. Ca c'est le premier point le second ?? Ils vivent avec des revenus trop confortables pour savoir que les retraités touchent des pensions de 500€ par mois, que les smicars eux n'ont que 1200€ net et qu'après avoir payé leur loyer il ne reste presque rien. Voir les prix à l'achat augmenter de 10%, ils cherchent quoi ces nantis ?? Ils veulent voit le peuple avoir faim ?? Nous récoltons que nos erreurs d'avoir confié le pays à des arrivistes , incompétents et de surplus des enfants "beaux parleurs" mais sans aucune formation. Ces 2 ans dans un ministére ne sont pas suffisant. Il faut 3 ans pour faire d'un apprenti un ouvrier alors combien faut il pour un Président ?? A MEDITER
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé