LE FIL

A horizon 2022

De Sangosse veut conquérir 30 % du marché du biocontrôle

Mercredi 19 septembre 2018 par Christelle Stef

Equipe De Sangosse (de gauche à droite) : Olivier Antonin, Christophe Zugaj, Nicolas Fillon, Christophe Maquin
Equipe De Sangosse (de gauche à droite) : Olivier Antonin, Christophe Zugaj, Nicolas Fillon, Christophe Maquin - crédit photo : Christelle Stef
La firme De Sangosse veut accompagner les agriculteurs dans une agriculture moderne, rentable et respectueuse de l’environnement. Pour ça, elle mise plus que jamais sur le biocontrôle.

La « Positive Production », telle est la stratégie de l’entreprise De Sangosse. Au travers de cette nouvelle signature, la firme met tout en œuvre pour défendre un modèle agricole compétitif et respectueux de l’environnement.  « « La Positive production », c’est une histoire, une stratégie, une gamme et des projets, un état d’esprit et une grande confiance dans l’avenir », a résumé Olivier Antonin, le directeur activité agriculture, le 18 septembre lors d’une conférence de presse à Paris.

Objectif de 30 % de PDM sur le segment biocontrôle

De Sangosse mise donc plus que jamais sur les bio-solutions (biofertilisants, biostimulants et biocontrôle). « Notre objectif est d’arriver à 30 % de part de marché sur le marché du biocontrôle en France à l’horizon 2022 », a indiqué Nicolas Fillon, le directeur général de De Sangosse. Le biocontrôle fait partie de l’ADN de l’entreprise. « C’est une stratégie que l’on a entamée il y a 15 ans », a rappelé Christophe Maquin, le directeur marketing agriculture. Aujourd’hui 28 % des produits figurants sur la liste des produits de biocontrôle établie par le ministère de l’agriculture appartiennent à De Sangosse. « On est présents sur tous les marchés », a expliqué Olivier Antonin.

Nombreuses nouveautés dans les tuyaux

En vigne, la firme a ainsi à sa gamme des produits phares comme le LBG 01F34 pour lutter contre le mildiou, l’Armicarb contre le mildiou et l’oïdium, le Puffer contre l’Eudémis. Récemment, elle a obtenu l’homologation d’Escalator, un produit à base de deux souches de Trichoderma pour lutter contre l’esca. Et d’autres projets sont dans les tuyaux. La firme espère pour 2019 l’homologation d’un nouveau Puffer efficace à la fois contre eudémis et cochylis. Elle attend aussi l’AMM d’un herbicide défanant d’origine naturelle à base d’acide pélargonique mais avec une formulation différente de celle déjà présente sur le marché. Elle devrait également lancer prochainement un produit à base de soufre biosourcé pour lutter contre l’oïdium et un autre associant le LBG au cuivre pour lutter contre le mildiou.

La vigne représente 50 % du marché du biocontrôle

Selon les derniers chiffres de l’IBMA, le marché du biocontrôle en France est en pleine croissance. Il a représenté 76 millions d’euros en 2016 et 83 millions d’euros en 2017. La moitié de ce marché est occupé par des produits vigne.

Le marché du biocontrôle représente aujourd’hui 5 % du marché de la protection des plantes. Selon l’IBMA il devrait grimper à 15 % d’ici 2025.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé