LE FIL

Champagne

Résultat net divisé par 3 au 1er trimestre pour Lanson BCC

Vendredi 14 septembre 2018 par AFP

Le groupe Lanson détient sept maisons de Champagne.Le groupe Lanson détient sept maisons de Champagne. - crédit photo : DR
Le groupe champenois Lanson BCC a divisé son résultat net par trois au premier semestre par rapport aux six premiers mois de 2017, souffrant notamment de l'effet Brexit avec un recul des ventes au Royaume-Uni, son premier marché d'exportation.

Au premier semestre 2018, Lanson BCC, composé de sept maisons productrices de vins et champagnes (Chanoine Frères, Boizel, Burtin, de Venoge, Philipponnat, Alexandre Bonnet, Lanson) a enregistré un résultat net de 170.000 euros contre 590.000 euros lors du premier semestre 2017, indique un communiqué diffusé mercredi 12 septembre.

Sur les six mois, le chiffre d'affaires a progressé de 3,7% à 88,2 millions d'euros contre 85,07 millions un an auparavant. Au premier semestre 2017, il avait reculé de 7,3%.
Les volumes du groupe ont évolué de façon «contrastée», les maisons Philipponat, De Venoge, Besserat de Bellefon (Burtin) et Chanoine ont amélioré leurs ventes, notamment en France, alors que la maison Lanson a enregistré une «moindre activité au Royaume-Uni, de longue date son premier marché».

 

44 % du chiffre d'affaires à l'export


Aussi la part du chiffre d'affaires réalisée à l'export tombe à 44% au 30 juin contre 46% au 20 juin 2017, après la dépréciation supplémentaire de la livre sterling qui a freiné les achats de champagne outre Manche.
Le recul du Royaume-Uni pèse sur la rentabilité du groupe, avec un recul du résultat d'exploitation à 1,90 million d'euros contre 2,62 M EUR l'an passé. «La progression des volumes en France et les effets prix positifs sur plusieurs pays d'exportation n'ont pu compenser le ralentissement au Royaume-Uni», indique le communiqué.
Lanson prévient qu'en raison de la «saisonnalité des ventes de champagne», les résultats du premier semestre «ne peuvent être extrapolés à l'ensemble de l'exercice 2018».
Dans le secteur global du champagne, le premier semestre de l'exercice est traditionnellement moins favorable que le deuxième, représentant environ un tiers des ventes mais la moitié des charges, prévient le groupe.
Pour Lanson BCC, «la visibilité sur la fin de l'année restant limitée, le groupe ne publie pas de prévisionnel pour l'ensemble de l'exercice, mais rappelle que le poids du second semestre est généralement proche du double de celui du premier semestre» ajoute le texte.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé