LE FIL

Visite ministérielle en Alsace

Hymne à l’apprentissage

Vendredi 07 septembre 2018 par Christophe Reibel

Stéphane Travert et Muriel Pénicaud écoutent les explications de Louis Burner qui leur présente un crémant, un riesling, deux pinots gris et un gewurztraminer. Stéphane Travert et Muriel Pénicaud écoutent les explications de Louis Burner qui leur présente un crémant, un riesling, deux pinots gris et un gewurztraminer. - crédit photo : Christophe Reibel
Muriel Pénicaud, ministre du Travail et Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation avaient choisi le lycée viticole et CFA (1) de Rouffach dans le Haut-Rhin pour faire une rentrée studieuse en soulignant les mérites de la filière d’apprentissage.

C’est l’heure du café. Mais le vin est déjà au cœur de la discussion engagée au caveau du lycée. Laura Fourdin et Louis Burner, tous deux en 2ème année de BTS viti-oeno, y présentent cinq crus du domaine de l’Ecole aux deux ministres. L’échange est décontracté. Muriel Pénicaud leur demande pourquoi ils ont choisi de se former au métier du vin. Stéphane Travert s’enquiert du terroir d’origine des crus et rappelle que tout produit mis en marché a vocation de « répondre à la demande des consommateurs ». Le livre d’or signé, direction la cave où une seconde discussion démarre avec Arno, Luc et Jules, apprentis, qui se destinent à devenir salariés viticoles. Pour les deux ministres, c’est l’un des moments pour répéter leur message de la journée : « l’apprentissage est le contraire d’une impasse. Il ouvre la possibilité à de nombreuses connexions et à des promotions professionnelles. Mélanger travail et passion, c’est ce qui donne l’excellence ! ».

 

Pour les deux ministres, l’apprentissage a un autre bel argument à faire valoir : « 90 % des jeunes trouvent un emploi à la fin de leurs études » ont-ils souligné. « La viticulture est un secteur qui cherche des bras » confirme Philippe Bavois, formateur au CFA de Rouffach. Sur la France, le nombre d’apprentis est en hausse de 3 % à 34 000 inscrits pour cette rentrée 2018. Et il reste 2 500 places à pourvoir. « La loi avenir professionnel publiée au JO du 6 septembre doit déverrouiller la filière apprentissage » a insisté Muriel Pénicaud. « Elle doit aussi permettre d’élargir les possibilités d’échanges internationaux et de progresser dans la reconnaissance des diplômes acquis à l’étranger » a précisé la ministre en réponse aux interrogations de plusieurs étudiants.

 

Centre de formation des apprentis

Un survol des dossiers viticoles alsaciens

En marge de son déplacement, Stéphane Travert a reçu, jeudi 6 septembre aux aurores une délégation d’élus agricoles et viticoles. Jérôme Bauer, président de l’Association des viticulteurs d’Alsace (Ava), a mis l’accent sur la problématique des ZNT à proximité des habitations, la nécessité d’envisager l’usage de drones pour traiter les vignes en forte pente et la suppression de l’abattement de 184 € pour les travailleurs saisonniers pour un vignoble qui en emploie 22 000 lors des vendanges. Il s’est également enquis du stade où en était la réflexion sur la définition d’un prix minimum à la production, comme évoqué par le président de la République dans son discours de Rungis le 11 octobre 2017. Le ministre s’est engagé à revenir une journée dans le Haut-Rhin à une date qui reste à définir.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé