LE FIL

Champagne

Expérimentation du bon Vendanges

Mardi 11 septembre 2018 par Aude Lutun

Cette vendange 2018 constitue une phase de test pour l'utilisation du Bon vendange en Champagne, un outil de suivi de la qualité des raisins.
Cette vendange 2018 constitue une phase de test pour l'utilisation du Bon vendange en Champagne, un outil de suivi de la qualité des raisins. - crédit photo : Aude Lutun
Suite à une récolte 2017 hétérogène sur le plan qualitatif, le SGV a mis en place deux mesures pour accompagner les vignerons dans leurs prises de décision pour les vendanges 2018.

A la demande du syndicat général des vignerons (SGV) et de l’interprofession (Comité Champagne), les viticulteurs champenois expérimentent la mise en place du bon Vendanges. 95 sites, dont de nombreuses coopératives, ont accepté de le remplir. Le Comité Champagne précise que ce bon a pour objectif « d’assurer un meilleur suivi de la qualité de chaque lot de raisins livré, en particulier sur l’état sanitaire et, d’autre part, de faire consensus entre les livreurs, les centres de pressurage et les éventuels acheteurs sur cette qualité ».

"La mise en place de ce bon se passe bien car la vendange est très qualitative "

Rédigé par le viticulteur, il doit être validé par celui qui réceptionne la vendange (négoce, coopérative ou pressoir particulier). Ce bon mentionne le nom de la parcelle cueillie, la commune, si la cueillette a eu lieu le matin ou l’après-midi, le nombre de caisses livrée, le niveau de remplissage des caisses et surtout l’état sanitaire de la vendange. Pour le botrytis et l’oïdium, le vigneron doit cocher l’une des quatre cases suivantes : absence, faible, moyen ou fort. Le centre de pressurage peut le compléter en y mentionnant le degré des raisins livrés.

« La mise en place de ce bon se passe bien car la vendange est très qualitative cette année, souligne Maxime Toubart, président du SGV. Les vignerons ont admis que cette démarche administrative présente un intérêt. On va faire évoluer le bon si besoin pour qu’il soit généralisé dans quelques années, éventuellement sous différentes formes ».

Les Vignerons Indépendants, qui s’étaient positionnés contre ce bon en dénonçant une surcharge administrative, n’ont pas testé ce dispositif.

A l’issue des vendanges, le Comité Champagne contactera les centres de pressurages ayant testé le bon pour en dresser un premier bilan et décider de sa reconduction.

Le prélèvement par commune

Autre nouveauté de la vendange 2018, le SGV a instauré l’obligation de réaliser un prélèvement de raisin pour chacune des communes où le vigneron exploite des vignes. L’objectif est d’inciter le vigneron à élaborer le circuit de cueillette optimal entre ses différentes parcelles. « Il faut que le viticulteur soit en mesure de dire qu’il a réalisé tel prélèvement tel jour avec tel degré, précise Maxime Toubart. Cette exigence sera bientôt inscrite dans le cahier des charges de l’appellation. Notre but est aussi d’enrichir notre base de données pour choisir ensemble les meilleures dates de vendanges ».

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé