LE FIL

So long Marianne

Vendredi 03 août 2018 par Alexandre Abellan

Standard de Leonard Cohen, So Long Marianne célèbre sa muse Marianne Ihlen.Standard de Leonard Cohen, So Long Marianne célèbre sa muse Marianne Ihlen. - crédit photo : Le déjeuner sur l’herbe, d’Édouard Manet (musée d’Orsay).

Discussion, à peine imaginaire, autour d’une grillade à rosés :

« Je te ressers un verre ? Ce n’est heureusement pas la pénurie annoncée cet été !

- Avec la fraude aux rosés espagnols francisés, le marché et nos barbecues ne risquent pas de manquer !

- T’inquiète, je suis au parfum et j’ai un truc im-pa-ra-ble ! Quand j’achète du vin, je ne prends que les bouteilles dont la capsule est frappée du R, de Récoltant, et pas du N, de négociant.

- Tu es un petit malin toi… Mais attention : ton astuce ne va plus marcher avec la prochaine simplification administrative. L’an prochain, ta belle Marianne couronnant chaque bouteille vendue en France va devenir facultative. Et vu la gestion que cela représente pour les producteurs, tu ne risques pas de la revoir autant.

- Zut, on va perdre un super repère sur les bouteilles ! Ce ne sont pas les étiquettes qui vont nous aider, avec leurs laïus sur les meilleurs terroirs ensoleillés et autres vieilles vignes en culture raisonnée…

- Tu l’as dit bouffi. À part s’il s’agit d’un vigneron indépendant mettant son label, les étiquettes ne vont pas faciliter ton choix en grande distribution. Mais si tu es si attaché à la traçabilité et aux producteurs indépendants, tu ferais mieux de t’approvisionner en conseils chez un caviste. Voire de profiter de tes vacances pour quitter le transat et aller directement chez les producteurs.

- Oui, bon… Ce n’est pas tout, je te ressers ? »
 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
A DIRIGNY Le 03 août 2018 à 17:56:09
Effectivement, on voit mal comment on pourra distinguer les vins déclarés et ceux produits au-delà des rendements en appellation et qui auraient dû être envoyés à la distillation. Les marchés parallèles vont pouvoir encore mieux se développer. il est beaucoup plus facile de faire une fausse facture que de fausses CRD (les fameuses "Marianne") pour donner un semblant de légalité au transport de vins non déclarés. Les premières victimes ne seront pas les consommateurs, acheteurs-victimes volontaires de vins médiocres mais pas chers issus de pissage de vigne, mais les viticulteurs honnêtes et les cavistes, qui perdront tout un marché, et seront accusés, de surcroît de pratiquer des prix excessif, et les AOP, dont la réputation sera ternie par des vins se réclamant de l'Appellation, dilués, pas représentatifs de l'AO, et plus ou moins bien conservés. La recherche de la "bonne affaire" est une spécificité française, et il y a tout une frange de population, totalement ignorante des conditions de production et commercialisation, trop contente de s'approvisionner en "petit vin avec une AO ronflante soi-disant déclassé, hors-quantum ou jeunes vignes sans capsule". Ce sera maintenant beaucoup plus facile. Ceux qui ont pris cette décision au nom de la simplification administrative (éviter double stock avec et sans CRD, surtout pour les négociants) n'ont visiblement jamais fait de contrôles de caves. J'ai rencontré dans ma "carrière viticole" un producteur qui vendait 2 fois et demi sa récolte officielle d'AOC .... de quoi désorganiser une économie viticole. RV dans quelques années ..
max le caviste Le 03 août 2018 à 14:17:52
suppression de la marianne= augmentation des fraudes et des faussaires qui grace à cela auront de beaux jours devant eux....
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé