LE FIL

Côtes du Rhône

Décès d’Auguste Clape, le gendre idéal de Cornas

Vendredi 20 juillet 2018 par Alexandre Abellan

'En plus de ses nombreux millésimes légendaires, Auguste Clape restera dans la mémoire de ceux qui ont eu la chance de le connaître comme un homme d'une grande humilité et sincérité' déclare son importateur américain Kermit Lynch, sur Twitter.'En plus de ses nombreux millésimes légendaires, Auguste Clape restera dans la mémoire de ceux qui ont eu la chance de le connaître comme un homme d'une grande humilité et sincérité' déclare son importateur américain Kermit Lynch, sur Twitter. - crédit photo : Kermit Lynch (photo de 1983)
Ayant porté haut la réputation de son terroir septentrional, le vigneron est salué par la presse internationale pour son travail de précurseur autant que de gardien du temple.

Il n’est pas peu dire qu’Auguste Clape a placé l’appellation Cornas sur la carte mondiale des vins fins après qu'il a repris le domaine de sa femme il y a presque 70 ans. Sa disparition ce 13 juillet, le jour de ses 93 ans, a créé un séisme dans le monde des amateurs éclairés. Émus et reconnaissants, les hommages élogieux se succèdent dans la presse internationale. Qualifié de « pionnier du renouveau qualitatif de Cornas et gardien de l’approche traditionnelle des vinifications [en cuve béton] dans les Côtes-Du-Rhône Nord » par le site anglais Decanter, il « a transformé Cornas en l’une des sources les plus réputées de syrah au monde » pour le site américain Wine Spectator.

Témoignant de sa célébrité, ces hommages culminent avec un article du New York Times, revenant sur la carrière d’envergure d’Auguste Clape. Le journal stimant que « ce sont ses vins, avec leur mâche et leurs arômes fumés, qui ont forcé les gens à prendre la petite appellation de Cornas sérieusement. Comme Noël Verset à Cornas, Marius Gentaz en Côte-Rotie et Raymond Trollat à Saint-Joseph, Auguste Clape incarnait la tradition centenaire du vigneron, fermier qui cultive la vigne et fait le vin ».

Cornas et Renaissance

Né en 1925 à Valence dans une famille de vignerons languedociens, Auguste Clape a repris en 1949, à son mariage, le domaine rhodanien de son épouse, Henriette Rousset (disparue l’an dernier). Spécialisant la propriété de 4 hectares dans la production de vins, Auguste Clape en a restructuré le vignoble de coteaux, a lancé la commercialisation en bouteilles et défriché les marchés export.

Avec moins de 9 ha actuellement, le domaine Auguste Clape « ne produit que deux cuvées, Cornas avec les vignes de 40 à 90 ans, et Renaissance avec les plus jeunes vignes. Environ 35 000 bouteilles par an, pépites rares et difficiles à dénicher » précise Terre de Vins. Ayant rejoint le domaine Auguste Clape, « son fils Pierre-Marie et son petit-fils Olivier sont désormais les dignes héritiers de tout le savoir de ce grand homme » conclut Gault et Millau.
 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé