LE FIL

Accident climatique

Des dégâts de grêle importants dans la Côte de Nuits et Gironde

Mardi 17 juillet 2018 par Christelle Stef et Marion Sepeau Ivaldi

Dégâts sur grappe suite à l'orage du 15 juillet en Gironde.Dégâts sur grappe suite à l'orage du 15 juillet en Gironde. - crédit photo : CA Gironde
Dimanche 15 juillet au soir, un épisode de grêle a touché la Côte de Nuits. Le même jour, 2000 hectares étaient également touchés en Gironde.

Point en Côte de nuits

Pour les viticulteurs de la Côte de Nuits, la victoire des Bleus en coupe du monde ce 15 juillet aura eu un goût amer. Peu après l’exploit des footballeurs français, un orage de grêle s’est abattu sur leurs vignes. Il a touché une zone allant du sud de Nuits-Saint-Georges jusqu’aux villages de Comblanchien et de Corgoloin. Dans ces secteurs, entre 20 et 60 % des grappes sont touchées. L’orage a également frappé la Haute-Côte de Nuits sur Marey-les-Fussey et Echevronne. Là, entre 25 et 70 % des grappes ont été impactées. Le feuillage est haché.

Double peine

Pour certains viticulteurs, c’est la double peine. Ils avaient en effet déjà subi un précédent épisode de grêle le 3 juillet qui a touché une zone allant de Nuits-Saint-Georges à Premeaux-Prissey. Les vignes situées dans l’épicentre avaient accusé déjà des dégâts de 20 à 60 %.

Pertes significatives

« Pour le moment, il fait beau. Il faut espérer que derrière les grains touchés sèchent rapidement et tombent. Mais les pertes seront significatives, d’autant que les vignerons venaient d’effeuiller et pour certains de vendanger en vert car des parcelles étaient bien chargées », indique Benoît Bazerolle, de la chambre d’agriculture de Côte d’Or.

 

Crédit Photo : Domaine Serrigny

Point en Gironde

Dans l’après-midi du 15 juillet, le département de la Gironde a vu s’abattre de la grêle causant des dommages et pertes sur 2000 hectares de vignobles. Deux secteurs sont touchés pour 1000 hectares chacun. On distingue une première zone d’impact sur dix communes du Libournais et Sauternais, la seconde zone est située dans le Sud Médoc qui avait déjà connu la grêle en mai dernier. Dans les deux zones, les dégâts sont hétérogènes. « Il y a des secteurs où sont relevés plus de 80 % de pertes » rapporte Philippe Abadie, directeur du service entreprises.

C’est le quatrième épisode de grêle que connaît la Gironde depuis le début du printemps : deux épisodes de grêle sont intervenus en mai ainsi qu’un le 4 juillet dernier.

Ces épisodes viennent accroître la pression des viticulteurs qui doivent faire face à une contamination historique de mildiou. Certains sont débordés par la maladie, d’autres parviennent à la maîtriser. Là encore, la situation est très hétérogène. Sans atténuer l’intensité de l’attaque du champignon, le directeur du service entreprise tient à donner une petite note d’espoir. « La charge sur pied était très importante en mai ». Les différents dégâts grignottent ce potentiel qui s’annonçait mirifique mais sans encore véritablement faire craindre une récolte très faible. « Il reste toujours du potentiel en quantité et qualité ». Reste à ce que la météo estivale ne soit plus autant capricieuse.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé