LE FIL

Plus de réserves

L'INAO valide la hausse du VCI

Lundi 25 juin 2018 par Bertrand Collard
Article mis à jour le 26/06/2018 15:21:12

L'INAO valide la hausse du VCI - crédit photo : DR
Les AOC pourront mettre jusqu'à 50 % d'une récolte en réserve sous forme de VCI, pour pallier les mauvaises récoltes. Une décision saluée à Bordeaux.

Le 20 juin, le comité national des vins AOC de l’INAO a voté en faveur de l’augmentation du volume complémentaire individuel (VCI). Le volume maximum pouvant être mis en réserve passe ainsi de 30 à 50 % du rendement de base d’une appellation, un plafond qui ne peut être atteint au mieux qu’en trois ans. Et le volume de réserver qu’un producteur sera autorisé à constituer au maximum chaque année passera 10 à 20 % du rendement annuel.

La décision avait presque été prise le 15 février dernier, mais retardée à cause de l'administration. Le comité a également voté en faveur d'un dispositif pour permettre aux vendeurs en raisin de constituer une réserve chez leur acheteur. Une mesure demandée par les Alsaciens. Il s'agit d'un mandat que le producteur donnera au vinificateur pour constiuter puis pour libérer la réserve, sachant qu'il en reste propriétaire tant qu'il ne l'a pas vendue.

"Renforcer la résilience"

Dans un communiqué du 21 juin, le préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, Didier Lallement, et le président du comité régional de l'INAO Aquitaine, Bernard Farges, ont salué ce changement, qui doit toutefois être entériné par les appellations. « Cette décision permettra de renforcer la résilience des exploitations face aux aléas climatiques et à leur récurrence, en jouant un rôle équivalent à celui d'une assurance récolte », ont-il estimé dans un communiqué commun.

Le VCI pour les vins liquoreux, qui n'existait pas jusque-là, sera expérimenté dans les appellations Monbazillac (Dordogne), Sauternes et Barsac (Gironde). Ces décisions du comité national de l'Inao devront s'accompagner de modifications des décrets avant de pouvoir être appliquées.

Grêle & gel

Lors du dernier week-end de mai, de violents orages de grêle ont dévasté près de 7.100 hectares de vignes dans le Bordelais et plus de 10.000 ha dans le bassin Charente-Cognac.

En avril 2017, le gel avait touché quelque 60.000 hectares de vignes en Gironde, réduisant de 40% la récolte. Sur l'ensemble du territoire français, les volumes ont baissé de 19% en raison des aléas climatiques.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé