LE FIL

Renouveau en Languedoc

5 vignerons réinvestissent une cave coop désaffectée

Mardi 12 juin 2018 par Michèle Trévoux

Quatre des cinq vignerons qui projettent de réhabiliter l'ancienne cave coopérative de Saint Jean de la Blaquière.Quatre des cinq vignerons qui projettent de réhabiliter l'ancienne cave coopérative de Saint Jean de la Blaquière. - crédit photo : Michèle Trévoux
Ces cinq vignerons des Terrasses du Larzac ont eu l'idée de réhabiliter l'ancienne cave de leur village pour y installer leurs propres chais. Une opération collaborative qui cherche encore son financement.

« Plutôt que de construire chacun sa cave de son côté et de miter le vignoble, nous avons eu l’idée d’utiliser les anciens locaux de la coopérative de Saint Jean de la Blaquière pour y aménager cinq petites caves particulières », explique Jean-Baptiste Granier, vigneron installé depuis 10 ans à Saint Jean de la Blaquière.

Cette coopérative n’accueille plus aucun raisin depuis 2014. Cinq vignerons de l’appellationTerrasses du Larzac veulent la faire revivre. Trop à l’étroit dans leurs caves actuelles ou disposant d’installations obsolètes, ils projettent d’aménager cinq unités de vinification sur une surface d’environ 1 000 m2. Ils ont aussi prévu d’installer, sur 800 m2, un centre de stockage et d’expédition de leurs bouteilles qui fournirait des prestations de service à tous les vignerons du territoire.

Le projet comprend également la création d’un caveau de vente et de dégustation, ainsi que le transfert d’un restaurant actuellement installé dans le village et un espace de bureaux à louer.

L’ensemble des travaux et l’acquisition du bâtiment représentent un investissement global de 3,5 M€, dont 1,5 M€ serait financé par les vignerons et le reste par des collectivités (communauté de communes, commune, département…). Le montage financier n’est pas encore bouclé.

« C’est un projet fédérateur. En nous regroupant sur un même lieu, nous pourrons mutualiser des moyens tout en préservant l’identité de chacun d’entre nous, chacun vinifiant et vendant son vin. C’était l’idée initiale de la coopération, la mise en commun de moyens mais sans mélange de raisins », argumente Jean-Baptiste Granier, l’un des porteurs du projet.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé