LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 

Domaine Haut-Lirou

Diva bouteille, ou les effets sidérants de la musique sur le vin

Lundi 28 mai 2018 par Sharon Nagel

Sébastien Durand de Swing it et Mireille Rambier du Domaine Haut-Lirou présentent la première cuvée en rouge vinifiée en musique
Sébastien Durand de Swing it et Mireille Rambier du Domaine Haut-Lirou présentent la première cuvée en rouge vinifiée en musique - crédit photo : Sharon Nagel
En Pic Saint Loup, le Domaine Haut-Lirou a réalisé une expérience inédite en vinifiant des vins rouges en musique, et les résultats ont laissé œnologues et journalistes pantois.

La vinification en musique. Rien de bien nouveau, direz-vous, tant les vignerons mélomanes sont nombreux à réaliser leurs travaux de cave accompagnés de douces notes de jazz ou de musique classique ou de mélodies plus rythmées. Mais en l’occurrence c’est dans la cuve que la musique est diffusée à l’aide d’un dispositif mis au point par la société Swing it. « Sébastien Durand cherchait un partenaire pour étendre son expérience en blanc et en rosé aux rouges », a expliqué Mireille Rambier du Domaine Haut-Lirou ce 24 mai lors de la présentation en avant-première de la nouvelle cuvée issue du millésime 2017. « Cela nous a demandé de réfléchir parce que la période des vendanges est toujours mouvementée et il fallait que toute l’équipe soit motivée. Mais depuis 1848 notre domaine a toujours su concilier tradition et technologies de pointe ». La musique a été diffusée du 19 septembre à fin décembre, 20 heures sur 24. La première dégustation a eu lieu il y a un mois avec Jean Natoli, œnologue conseil, et l’équipe du domaine, qui estime l’expérience concluante. Mais qu’en disent les médias et experts ?

Une cuvée dénommée « Melody »

Le scepticisme ou, au mieux, incertitudes quant à l’influence du dispositif musical – et la douce voix de Lisa Simone – sur le profil du vin, ont laissé place à la stupéfaction. « Il y a une meilleure extraction, plus de complexité et de tannicité mais toujours de l’équilibre », s’est étonné le professeur Alain Carbonneau. « Au final, le profil Pic Saint Loup est plus évident dans le vin vinifié en musique. J’ai l’impression qu’on valorise mieux le potentiel du terroir ». Pour sa part, Jean Natoli s’est montré plus mesuré, estimant qu’il fallait parler plutôt d’une « photographie prise à un moment donné. Le vin vinifié en musique a pris de l’avance, mais il faut voir le film qui va se poursuivre ». Dans tous les cas, la différence entre la cuvée témoin et la cuvée vinifiée en musique ne s’inscrit pas à la marge et l’assemblage des deux risque de donner un joli résultat. Résultat que le domaine espère valoriser à travers un prix consommateur de 14 euros pour une cuvée dont le nom, « Melody », a été dévoilé lors de l’avant-première. Selon Mireille Rambier, son positionnement permettra d’amortir le coût de la redevance, soit un euro par bouteille, fixée par la société Swing it mais « variable selon le niveau d’exigence du domaine », précise Sébastien Durand. La cuvée, tirée en édition limitée à 4 000 exemplaires, sera mise en bouteille en juin puis commercialisée dès le 15 juillet comme le veut le nouveau cahier des charges de l’AOC Pic Saint Loup. Reste à savoir quel aurait été le résultat avec du hard rock ou bien du Mozart. Une question à laquelle Sébastien Durand aimerait bien apporter une démonstration concrète en multipliant les partenariats avec les vignerons.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé