LE FIL

Le juste prix

L’équilibre des relations commerciales au menu de l’Assemblée nationale

Mardi 22 mai 2018 par Marion Sepeau Ivaldi

La Champagne s'attaque aux pratiques de cagnottage.
La Champagne s'attaque aux pratiques de cagnottage. - crédit photo : DR
Ce 22 mai débutent les discussions en séance plénière sur l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agro-alimentaire. La Cnaoc et les producteurs champenois y seront très attentifs.

Il y a peu le Syndicat général des Vignerons de la Champagne (SGV) s’insurgeait contre les pratiques commerciales de la grande-distribution dont les promotions agressives baissent les prix du champagne, jusqu'à 5 euros. Les députés vont pouvoir agir contre ces coups de rabais dans le cadre des discussions en séance plénière du projet de loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agro-alimentaire qui débutent ce 22 mai. Le SGV et le Comité interprofessionnel (CIVC) ont fait des propositions en ce sens, propositions relayées par la Confédération nationale des AOC (CNAOC).

En cause : le détournement de notoriété

Dans le viseur des producteurs : ces pratiques de cagnottage. Ils souhaitent interdire « la mise en avant exclusive ou ciblée sur tout support publicitaire d’un vin bénéficiant d’une AOC comme le Champagne dès lors qu’elle est susceptible d’avoir pour effet de détourner la notoriété de ce produit notamment par l’utilisation de mots tels que « gratuit » ou « offert » ou par l'utilisation d’un mode de commercialisation conduisant à un prix unitaire anormalement bas ».

Par ailleurs, le SGV s’inquiète des nouveautés concernant la contractualisation. Le projet de loi pourrait rendre caduque certaines clauses spécifiques au secteur viticole, notamment la clause de réserve qui permet de sécuriser le revenu du producteur (le producteur restant propriétaire de son produit tant qu'il n'a pas été entièrement payé) et les dérogations permettant des délais de paiements allongés en contre partie de leur engagement pluriannuel. Par ailleurs, la question du partage de la valeur ajoutée qui sera traitée par la nouvelle loi, est dans le radar du SGV. En Champagne, l’indexation du prix du raisin est réalisée à partir du prix de vente de la bouteille vendue par le négoce. Le nouvelle loi veut partir des coûts de revient au producteur.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé