LE FIL

Pic Saint Loup

Un projet oenotouristique discret avec de grandes ambitions

Lundi 21 mai 2018 par Sharon Nagel

Le nouveau complexe s'insère parfaitement dans le paysageLe nouveau complexe s'insère parfaitement dans le paysage - crédit photo : Sharon Nagel
Vous êtes peut-être passé devant le Mas de l’Oncle sans le savoir – c’est le but. Ce domaine d’une quinzaine d’hectares en Pic Saint Loup, au nord de Montpellier, se veut être tout sauf tape à l’œil, malgré la renommée de son architecte.

Pour Fabrice Bonmarchand, ancien ingénieur en bâtiment et propriétaire du Mas de l’Oncle depuis six ans, le choix de l’architecte coulait de source. C’est à Rudy Ricciotti, créateur entre autres du Mucem à Marseille, qu’il a confié la conception de son ensemble vitivinicole et oenotouristique, inauguré ce 18 mai. Malgré le budget relativement modeste – de l’ordre de 1,4 million d’euros – l’architecte vedette a été séduit par la beauté des lieux et le challenge de se mettre au diapason avec un paysage en parfaite symbiose avec les vins qui y naissent. « Ici, il n’y a pas de place pour l’architecture », a-t-il insisté devant une assistance venue nombreuse découvrir ce lieu polyvalent avec ses gîtes, salle de réception, boutique, espace d’exposition et parcours muséo-pédagogique, chaque élément s’imbriquant les uns aux autres en parfaite harmonie. « Mon but, c’est que chacun puisse déambuler dans le bâtiment puis découvrir la vigne et les différents travaux comme la taille », a expliqué le vigneron originaire des Côtes de Provence, où il dit avoir puisé l’inspiration de son ensemble oenotouristique.

Paysages et notoriété d’une appellation vont de pair

Pour les élus locaux comme pour les vignerons présents, celui-ci est chargé de symboles. Il incarne la dynamique de l’appellation Pic Saint Loup, bouleversée par l’orage de grêle qui s’est abattu sur le vignoble en août 2016, entraînant la perte de 100% de la récolte du Mas de l’Oncle entre autres domaines. Il représente l’un des premiers projets viticoles en Occitanie à avoir été réalisé par un architecte de renom, et devient ainsi pour Fabrice Bonmarchand « annonciateur d’une nouvelle ère viticole régionale ». Et pour le maire de la commune de Lauret et propriétaire du Château de Cazeneuve, André Leenhardt, il illustre à quel point « les paysages concourent à la dynamique et à la notoriété de l’appellation ». Pour Rudy Ricciotti, il montre aussi que l’on n’a pas besoin d’être « un héritier, ni un fils de riche bourgeois bordelais », pour réaliser un projet « tout en finesse et en tendresse », parfaitement intégré dans un décor d’exception grâce à l’utilisation de matériaux nobles et naturels. Reste maintenant aux différents acteurs du territoire de mettre en musique les multiples atouts du terroir et d’œuvrer collectivement en faveur du développement de l’oenotourisme. D’ores et déjà, le président d’Hérault Tourisme, Claude Barral, a souligné qu’une démarche visant à être labellisé Vignobles et Découvertes est en cours, et René Moreno, représentant la présidente du Conseil Régional, a insisté sur le rôle d’accompagnement des collectivités territoriales dans l’aboutissement des projets.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé