LE FIL

Arrêtons l’hypocrisie !

Vendredi 18 mai 2018 par Marion Sepeau Ivaldi

Dans les vignes, les premiers traitements ont commencé. Et avec eux, resurgit le dilemme du port des EPI. Pour un certain nombre de molécules, se couvrir de ces combinaisons déperlantes est obligatoire même passé le délai de ré-entrée dans la parcelle. Or la réalité du terrain, ce n’est un secret pour personne, est que peu les enfile. Leur inconfort rend impossible leur utilisation, même si, comme le montre un article du mois de mai de La Vigne (pour découvrir gratuitement pendant deux mois, c’est par ici), les dernières générations font quelques progrès. D’où le dilemme posé aux viticulteurs et aux salariés : faut-il risquer l’insolation ou jouer la tolérance en prenant un risque pour sa santé et d’un contrôle de l’administration ? Salariés et employeurs sont dans une situation véritablement insupportable et intolérable car s’ils doivent se couvrir c’est parce que l’administration tire la couverture à soi. Rappelons que la loi prévoit que l’AMM doit être délivrée en connaissance réelle de l’utilisation des produits phytosanitaires. On peut aussi se demander à quoi sert le délai de ré-entrée dans une parcelle, s’il faut toujours porter un EPI alors que ce temps tampon est écoulé. 

Il est temps d’en finir avec l’hypocrisie !

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé