LE FIL

Médoc

36 châteaux font le pari des crus artisans

Mardi 22 mai 2018 par Alexandre Abellan

« Le système des crus artisans n’est pas verrouillé, d’autres appellations de Bordeaux peuvent y faire appel » indique Maxime Saint-Martin, ce 18 mai au bar à vin du CIVB.
« Le système des crus artisans n’est pas verrouillé, d’autres appellations de Bordeaux peuvent y faire appel » indique Maxime Saint-Martin, ce 18 mai au bar à vin du CIVB. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
En relance avec un classement quinquennal, la mention médocaine paraît être d’autant plus d’actualité qu’elle s’inscrit dans la mode de consommation des produits « craft ».

« Il faut le dire haut et fort, il reste des artisans à Bordeaux. Il y a aussi de petites exploitations dans le Médoc ! » clame Maxime Saint-Martin, le président des Crus Artisans du Médoc, dont il présente ce 18 mai le classement pour les millésimes 2017 à 2021. Désormais quinquennale, cette liste affiche 36 châteaux, soit moins de 400 hectares de vigne et 2,8 millions de cols produits annuellement. Une goutte d’eau dans l’océan des crus bourgeois du Médoc, constitués de 271 châteaux pour leur dernier classement du millésime 2015 (soit 32 millions de cols, représentant 31 % du vignoble médocain).

« Modeste, notre classement s’inscrit un peu plus dans le paysage bordelais » estime Maxime Saint-Martin, pour qui l’essentiel de la démarche reste sa philosophie. « Être cru artisan, c’est être impliqué et décider de tout pour son vin : de la vigne à la commercialisation. Le préambule de notre cahier des charges pose d’ailleurs que le "vigneron est l’auteur de son vin". Le vin est à son image » résume le jeune vigneron, lors d'une dégustation au bar à vin de l'interprofession bordelaise.

Promotion

« Les crus artisans forment le seul classement du Médoc qui fait plus apparaître l’humain que les énormes opérateurs » renchérit Alain Capdevielle, le propriétaire du château Dacher de Delmonte (3 ha en Listrac-Médoc, dont il est maire). Faisant partie des huit nouvelles propriétés classées crus artisans, le vigneron croit dans la force de l’union pour faire la promotion de petites propriétés. « Le repérage des crus artisans est nécessaire pour les identifier dans la jungle actuelle de la concurrence » souligne l’ex-députée médocaine Pascale Got, qui a soutenu le lancement de ce projet de classement, dont son successeur, le député Benoît Simian, a repris la défense.

Si les crus artisans répondent à la mode actuelle du craft, la relance de ce classement s’accompagne d’une chute dans son attractivité. Datant de 2006, le dernier classement décennal comptait 44 propriétés classées. Pour attirer de nouveaux châteaux, ce classement 2017-2021 est ouvert à de nouveaux membres. Pour peu qu’ils soient au moins cinq à se manifester et à passer les examens de l’organisme certificateur, Qualisud (avec une note à 40 % basée sur le dossier et la visite de l’exploitation, et 60 % sur les dégustations à l’aveugle des millésimes 2012, 2014 et 2015).

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé