LE FIL

Décision attendue

La France devrait plaider pour la ré-homologation du cuivre

Vendredi 18 mai 2018 par Bertrand Collard

Au sujet du cuivre, les discussions seraient vives entre les ministères de l’agriculture et de l’environnement.Au sujet du cuivre, les discussions seraient vives entre les ministères de l’agriculture et de l’environnement. - crédit photo : DR
Le ministère de l'Agriculture vient de faire savoir au conseil des vins de FranceAgriMer que la France devrait soutenir la réhomologation du cuivre. Reste à savoir dans quelles conditions.

Le 16 mai, le représentant du ministère de l’Agriculture a quelque peu rassuré les viticulteurs qui siègent au conseil spécialisé des vins de FranceAgriMer.

"Pas d'impasse"

« Il nous a dit que le ministère est bien conscient des difficultés que poserait l’interdiction du cuivre et que la France devrait plaider pour sa réhomologation. Il ne devrait pas y avoir d’impasse », explique Jérôme Despey, président du conseil.

Le gouvernement réfléchirait encore aux usages et aux doses qu’il défendrait.

Jérôme Despey dernier a rappelé l’importance du cuivre en viticulture. Le représentant de la Fnab (Fédération nationale de l’agriculture biologique) s’est exprimé également. « Sans le cuivre la viticulture biologique est vouée à disparaître », ont-ils souligné.

"Vives discussions"

Reste que la France tarde à faire connaître sa position. Elle aurait dû la communiquer le 15 mai à la Commission européenne, ce qu’elle n’a pas fait. Les discussions seraient vives entre les ministères de l’agriculture et de l’environnement.

Le 25 mai, la commission doit soumettre une proposition de réhomologation du cuivre aux Etats-membres, qui sera vraisemblablement assortie d’une nouvelle baisse des doses autorisées.

Rappelons que l’homologation européenne du cuivre arrive à échéance le 31 janvier 2019.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé