LE FIL

Champagne

Environ 500 hectares touchés par la grêle

Mardi 15 mai 2018 par Marion Sepeau Ivaldi
Article mis à jour le 16/05/2018 10:20:54

La grêle s'est abattue sur le Sud de la Champagne, touchant de manière hétérogène les parcelles.La grêle s'est abattue sur le Sud de la Champagne, touchant de manière hétérogène les parcelles. - crédit photo : CC0 Creative Commons
Le 12 mai en fin de journée, la grêle s’est abattue sur le vignoble aubois, au Sud de la Champagne. Selon les premières estimations, 500 hectares seraient touchés.

Un violent orage a éclaté le 12 mai en fin de journée. Des grêlons d’une taille pouvant atteindre jusqu’à 5 centimètres de diamètre, se sont abattus sur un couloir reliant les Riceys à Vitry-Le-Croisé en passant par Neuville et Landreville. « C’est environ 20 % de la Côte des Bars qui est affectée » indique Pierre Eric Jolly, des Champagne René Jolly. Et Bruno Duron, du Comité Champagne de préciser : « ce 14 mai, après un tour du vignoble, nous estimons qu’environ 500 hectares ont été impactés par la grêle ». Les dommages sont d’intensité très variables, avec des parcelles touchées à 10 % tandis que d’autres sont détruites entièrement. Le secteur le plus endommagé serait celui de Neuville, laisse présumer le premier tour de vignoble.

Un couloir rappelant celui de 1988

Le couloir emprunté par l’orage n’est pas sans rappeler celui de l’orage de grêle de 1988. « C’est presqu’un copier/coller » indique Bruno Duron. La différence est que l’orage avait touché 600 hectares et était un peu plus tardif.

Cette grêle s’est abattue sur une vigne qui était en pleine forme. La qualité sanitaire était excellente et la vigne avait pris de l’avance suite à la douceur d’avril qui a baigné la Champagne. « Le pinot était à 7/8 feuilles tandis que les chardonnays avaient atteint 9 à 10 feuilles » indique Bruno Duron. Le coup est donc dur pour les viticulteurs touchés, d’autant que pour certains cela veut dire affronter une troisième année difficile. Le secteur a été touché par le gel en 2016 et 2017. Certains viticulteurs n’auraient plus de réserve individuelle après cet enchaînement d’incidents…

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
Amandine Le 15 mai 2018 à 17:02:36
C'est exactement ça que nous avons tous peur! Il faudra essayer de s'équiper d'un système qui permet de réduire l'intensité des épisodes de grêle. ( les générateurs à iodure d'argent )! Courage à tous!
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé