LE FIL

Recherche

Le grain de raisin respire mal quand il fait chaud

Mardi 08 mai 2018 par Marion Sepeau Ivaldi

Au fur et à mesure de la maturation, le taux d'oxygène décroît dans la baie.Au fur et à mesure de la maturation, le taux d'oxygène décroît dans la baie. - crédit photo : DR
Des chercheurs australiens se sont penchés sur la respiration des grains de raisin. Il apparaît que la chaleur n'est pas favorable à l'alimentation en oxygène des raisins.

En 2008, des chercheurs de l’Université d’Adelaïde en Australie s’aperçoivent que les baies de raisin peuvent souffrir de la mort cellulaire. Ce phénomène est particulièrement important dans les parties ayant des problèmes de maturation. Le manque d’oxygène serait-il lié à ses phénomènes ? Pour le savoir, les chercheurs ont introduit une sonde miniature pour mesurer la concentration interne en oxygène de baie de chardonnay, de syrah et de Ruby Seedless (variété sans pépins). Ils ont pu constater que l’oxygène était bien présent dans les baies de raisin à des taux variables : élevés à proximité de la pellicule et des taux décroissant à partir du milieu de la pulpe. Au fur et à mesure de la maturation, le taux d’oxygène mesuré décroît pour atteindre des taux quasi nuls. Les chercheurs ont pu montrer que cette absence d’oxygène était corrélée positivement avec le phénomène de mort cellulaire dans la pulpe. Ce phénomène est particulièrement accentué par des températures élevées. Ce qui laisse penser qu’avec le réchauffement climatique, ces phénomènes de mort cellulaires peuvent s’accentuer.

Le rôle de la respiration du pétiole

Par ailleurs, les chercheurs ont pu montrer que l’oxygène de la baie ne provient pas seulement de la respiration pelliculaire. Grâce à la tomographie numérique à rayons X, les chercheurs ont pu observer que des canaux connectent des pores présents au niveau du pétiole à la baie, assurant son alimentation en oxygène. Le blocage des pores pétiolaires provoquent une hypoxie de la baie de raisin, une augmentation de l’éthanol et la mort cellulaire. Ils expliquent également que, la syrah, ayant des portes pétiolaires de taille réduire, ils sont plus sensibles à une élévation de la température et donc plus sujets à la mort cellulaire.

 

Pour en lire davantage : cliquez-ici (étude en anglais)

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé