LE FIL

Visite d’Emmanuel Macron

La diplomatie du vin mise en pratique par Donald Trump

Dimanche 29 avril 2018 par Alexandre Abellan

« Sans doute des deux côtés de l’Océan, peu auraient prédit il y a deux ans que vous et moi allions nous retrouver dans cet endroit, sous cette configuration. Et c’est sans doute pour cela que vous et moi avons beaucoup de choses en commun. Qui doivent relever de la détermination, peut-être de la chance » déclarait Emmanuel Macron dans un toast à Donald Trump.« Sans doute des deux côtés de l’Océan, peu auraient prédit il y a deux ans que vous et moi allions nous retrouver dans cet endroit, sous cette configuration. Et c’est sans doute pour cela que vous et moi avons beaucoup de choses en commun. Qui doivent relever de la détermination, peut-être de la chance » déclarait Emmanuel Macron dans un toast à Donald Trump. - crédit photo : Élysée
Tout en finesse organoleptique et délicatesse symbolique, les accords mets et vin du dîner d’État du 24 avril dernier témoignent autant de maîtrise sommelière que d’habileté politique.

Réglé au cordeau, le dîner d’État ponctuant la visite du président français, Emmanuel Macron, à son homologue américain, Donald Trump, ce 24 avril à Washington, laisse à voir tout le tact de la cuisine diplomatique. Hautement protocolaire, l’évènement a su concilier des produits exclusivement américains, en réponse aux aspirations ouvertement protectionnistes de Donald Trump, tout en alliant l’inspiration de la cuisine française, propre à la politique d’influence adoptée par Emmanuel Macron.

Visible dans les plats choisis, ce soft-power était criant dans les vins les accompagnant. Ainsi, le jambalaya de côtelettes d’agneau était accompagné d’un pinot noir d’Oregon et 2014, de la cuvée Laurène et du Domaine Drouhin. Ancrée à Beaune tout en ayant des pieds de vigne aux États-Unis, « la famille Drouhin est très honorée de ce choix pertinent qui symbolise parfaitement l’amitié franco-américaine » ont déclaré Véronique et Frédéric Drouhin dans un communiqué. Si ce clin d’œil a été amplement repris dans la presse française, il ne s’arrête pas là, reposant sur un subtil effet de symétrie.

"French soul, Oregon Soil"

Possédant 162 hectares de vignes en Oregon, « la famille Drouhin a été la première famille française à acheter un vignoble en Oregon, en 1987. Peut-être parce qu’ils aiment la symétrie, les responsables de la sélection des vins de la Maison Blanche ont choisi le chardonnay du Domaine Serene pour accompagner l’entrée, dont la famille a racheté un domaine en Bourgogne en 2015 » relève avec finesse le blog DrVino. Qui souligne qu’au-delà des cépages français, les deux cuvées sont élevées en fûts de chêne français. « French soul, Oregon Soil » résume un communiqué de la Maison Blanche, citant la signature de Domaine Drouhin.

À noter que s’il n’y a pas eu d’impair avec un California Champagne, un « Crémant » de Californie a été servi sur le dessert (une tarte à la nectarine accompagnée de crème). Il s’agit du demi-sec de Schramsberg, qui a également été choisi en 2014 par le président Barack Obama pour accompagner le dîner avec son homologue chinois, Xi Jinping.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé