LE FIL

Italy

Vinitaly continue sa professionnalisation

Lundi 23 avril 2018 par Alessandra Piubello

Maurizio Danese, président de Veronafiere : 'initaly 2018 a confirmé sa vocation d’être le rendez-vous dédié aux affaires et à la promotion du monde vitivinicole.'Maurizio Danese, président de Veronafiere : 'initaly 2018 a confirmé sa vocation d’être le rendez-vous dédié aux affaires et à la promotion du monde vitivinicole.' - crédit photo : Vinitaly
Le salon italien a fermé ses portes sur une édition marquée par la professionnalisation de son public. Autre point clé : une présence étrangère très diversifiée.

La cinquante-deuxième édition de Vinitaly qui s’est tenue à Vérone du 15 au 18 avril, s’est ouverte avec l’annonce du record absolu des Italiens dans les exportations (5,9 milliards d’euros) et s’est clôturée avec des résultats flatteurs : 128 000 visiteurs de 143 pays, dont 32 000 acheteurs étrangers (en premier lieu les États-Unis, suivis de l’Allemagne, le Royaume Uni, la Chine, la France, l’Europe du Nord, le Canada, la Russie, le Japon, les Pays-Bas avec la Belgique).

36 pays représentés

Le salon a accueilli 4 380 exposants (130 de plus qu’en 2017), répartis dans les pavillons régionaux, les stands individuels des exploitations et les associations/consortiums. Les producteurs étrangers étaient logés dans l’International Wine Hall, un nouveau pavillon autonome réunissant en synergie toutes les réalités étrangères (36 pays représentés, +25 % par rapport à 2017). Parmi les pays nouvellement arrivés, citons l’Éthiopie, le Danemark et Saint-Domingue. De nouvelles exploitations ont enrichi le panorama des stands de la France, Espagne, Croatie, Géorgie, Portugal, Hongrie, Azerbaïdjan, États-Unis, Amérique du Sud, Australie et Japon.

D’autres manifestations se tenaient dans le cadre de Vinitaly : Sol&Agrifood « salon international de l’agroalimentaire de qualité » et Enolitech « salon international des techniques de viticulture », œnologie, oliviculture et oléotechnie.

Vinitaly 2018 a confirmé sa vocation d’être le rendez-vous dédié aux affaires et à la promotion du monde vitivinicole. Nous avions amorcé cette voie de la cinquantième édition. Le salon dans l’enceinte du Parc des expositions s’oriente de plus en plus vers les professionnels, tandis que le « hors salon », pensé pour les amateurs de vin en ville, se développe fortement. Cette année, « Vinitaly and the City » a rassemblé près de 60 000 passionnés dans le centre historique de Vérone et dans les communes de Bardolino, de Valeggio sul Mincio et de Soave. Ce projet, qui est sorti de sa phase de start-up, est devenu un produit en soi, et c’est ainsi qu’il sera développé à partir de la prochaine édition » a commenté le président de Veronafiere, Maurizio Danese.

L’enjeu des vins durables

Le salon est un moment clé pour décoder et anticiper les prochaines tendances du marché. C’est notamment le cas avec la présentation du sondage Vinitaly/Nomisma Wine. Ce dernier considère que le succès commercial du vin pour les cinq prochaines années dépendra en bonne partie des produits de marque « verte » (bios ou durables), véritable levier du marché de demain. Cette annonce fait écho à la présence forte de l’Italie du vin bio (plus de 103 545 ha de vignes sont conduites en bio, sur un total de 652 000 ha) et l’Italie des petits vignerons, artisans du vin. Cette présence s’est notamment traduite à travers des « salons dans le salon » tels que « Vinitaly Bio » consacré aux productions biologiques d’Italie et du monde (organisée avec Federbio, la Fédération internationale des Vignerons indépendants) et ViViT – Vigne Vignerons Terroir, en collaboration avec l’association Vi.TE.

A noter également que les Italiens n’ont jamais autant acheté de vin bio : on enregistre un bond record de 45 % dans les ventes 2017 par rapport à l’année précédente, pour un total de 3,84 millions de litres vendus dans la grande distribution au niveau national (enquête Coldiretti/Infoscan Census).

De plus, et toujours d’après Vinitaly/Nomisma Wine monitor, la prévision sur les performances des principales dénominations italiennes accorde comme de coutume la première place au prosecco, indiqué comme le vin ayant les plus grandes perspectives de marché un peu partout, sauf en Chine. Cette première place est également ravit sur quelques marchés par d’autres vins : le pinot grigio aux États-Unis, le primitivo en Allemagne, l’amarone en Chine.

Engouement pour les vins pétillants

Une autre enquête parle de l’engouement des Italiens pour les vins pétillants (74 %), qui dépasse celui des blancs et des rouges tranquilles (72 %) ainsi que des rosés (59 %, en augmentation). Concernant le monde rosé justement, un accord d’intention pour la valorisation du vin rosé autochtone italien a été paraphé entre les consortiums de défense du chiaretto di Bardolino, Valtènesi, Cerasuolo d'Abruzzo, Castel del Monte et Salice Salentino. Ces territoires ont depuis toujours vocation à produire des rosés, et ils représentent aujourd’hui la pierre angulaire des rosés à indication géographique issus de raisins autochtones. Les groupements collectifs s’engagent ainsi à assurer une promotion unitaire de leurs productions en Italie et à l’étranger, dans le but annoncé de parvenir rapidement à la création d’un centre du rosé autochtone italien.

Amitié franco-italienne

Parmi le vaste programme des animations et conférence de Vinitaly,  « Un lien invisible entre Bolgheri et Pessac-Léognan », sous la conduite de Raoul Salama en présence des producteurs de Pessac-Léognan et de Bolgheri, a captivé l’assitance. Au-delà des conclusions immédiates (vins de type bordeaux, influence marine, terrains et autre), cette dégustation a eu pour dénominateur commun l’amitié et l’estime réciproque entre les viticulteurs (ce n’est pas par hasard que les communes de Léognan et de Castagneto Carducci sont jumelées depuis 2001). Dans la veine francophile, soulignons également la dégustation menée par Arnaud Orsel (Confrérie des Chevaliers du Tastevin) au Château du Clos de Vougeot dans le cadre de Tastevinage, dont c’est la centième édition. Les 17 meilleurs vins (Majors) de 2017 provenant de tous les territoires de la Bourgogne, des crus de chablis à ceux de beaujolais, ont été présentés.

Notons la pertinence de la phrase de Benjamin Franklin « Il n’existe pas de bonne qualité de vie là où il n’existe pas une bonne manière de boire », citée par Maurizio Danese, président de Vinitaly, pour rendre hommage au pays auquel est dédiée l’édition 2018 de Vinitaly : l’Amérique.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé