LE FIL

Pulvérisateurs

Un rapport propose une prime à la casse

Jeudi 12 avril 2018 par Christelle Stef

Un nouveau rapport parlementaire sur les pesticides propose d'instaurer une prime à la casse pour les pulvérisateurs afin d'inciter les viticulteurs à investir dans du matériel plus performant
Un nouveau rapport parlementaire sur les pesticides propose d'instaurer une prime à la casse pour les pulvérisateurs afin d'inciter les viticulteurs à investir dans du matériel plus performant - crédit photo : C.S.
La mission d’information parlementaire sur les pesticides vient de rendre son rapport. Elle propose notamment la mise en place d’une prime à la casse pour les pulvérisateurs de plus de 25 ans.

La mission d’information parlementaire sur les pesticides, créée en octobre dernier a dévoilé le 4 avril les conclusions de son rapport. Parmi les mesures qu’elle propose : l’instauration d’une prime à la casse pour les pulvérisateurs âgés de plus de 25 ans. « Nous n’avons pas avancé de chiffre concernant la prise en charge mais il faudra qu’elle soit incitative », a expliqué Didier Martin (LREM), l’un des deux co-rapporteurs.

Les ONG déçues

Le rapport prône aussi l’interdiction immédiate du glyphosate mais uniquement pour son usage « dessication », ce qui fait bondir les ONG. « Le rapport est en recul par rapport aux déclarations du Président de la République en ne préconisant pas la sortie du glyphosate et en ne proposant que l’interdiction d’un usage minoritaire et en demandant de nouvelles études ! », a réagi Générations Futures dans un communiqué.

Le rapport souligne également la nécessité de développer le biocontrôle. Pour ça, il demande que la législation européenne évolue pour que les délais d’instruction des dossiers pour ce type de produit soient raccourcis. « Par exemple, un seul essai sur une seule zone géographique pourrait suffire. L’obligation de destruction de la récolte qui a servi aux essais pourrait aussi être supprimée », suggère Didier Martin.

Développement du bio

Le rapport revient aussi sur l’importance de développer l’agriculture bio en gardant l’objectif de 15 % de la SAU à l’horizon 2022. « L’objectif est atteignable pour l’ensemble des filières », a indiqué Gérard Menuel (Les Républicains), le deuxième co-rapporteur.

Le rapport prône aussi la création d’un fond d’indemnisation des victimes des pesticides. « Un texte a été voté au Sénat en ce sens (en février dernier, ndlr), on reprend cette idée », a précisé Didier Martin. Il pointe aussi l’importance de la création d’un fonds phyto européen qui inclura un fonds assurantiel en cas de baisse des rendements.

Ce rapport devrait bientôt être remis à Stéphane Travert, le ministre de l’Agriculture qui engagera les discussions sur ces différentes propositions.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé