LE FIL

Espagne

Pata Negra nourrit des ambitions en GD française

Mardi 03 avril 2018 par Marion Sepeau Ivaldi

Pata Negra est forte d'une véritable diversité de l'offres. La marque compte pas moins de 25 références.
Pata Negra est forte d'une véritable diversité de l'offres. La marque compte pas moins de 25 références. - crédit photo : Garcia Carrion
Marque ombrelle de Garcia et Carrion, Pata Negra se lance dans la conquête de la grande distribution française. Une initiative qui invite les consommateurs français à la découverte des vins espagnols.

Plus voyageurs, plus curieux, les Français se mettent peu à peu aux vins étrangers. Ce mouvement reste timide mais, incontestablement, “l’écoute devient plus attentive” constate Karl Martin, directeur commercial du marché France pour Garcia Carrion, propriétaire de la première marque de sangria commercialisée en France (Don Simon). Présent dans 175 pays avec un chiffre d’affaires 2017 de 930 millions d’euros (+24%), l’empire familial espagnol s’est donné un nouvel objectif en France : déployer l’une de ses marques stratégiques, Pata Negra, et, par-là, convertir les consommateurs Français aux vins espagnols. Pour cela, l'entreprise s’est structurée avec la création récente d’une filiale dans l’Hexagone, de manière à commercialiser en directe ses marques clés (Don Simon, Pata Negra, Jaume Serra).

"La meilleure qualité au juste prix"

Aujourd’hui, le consommateur hexagonal reste un véritable béotien en matière des vins hispaniques. Mis à part la Rioja et le Cava, d’ailleurs plus connu sous la marque Freixenet, les Français sont peu éduqués aux jus de la treille ibérique. La marque Pata Negra apparaît comme la proposition la plus adaptée pour faire évoluer cette faible éducation et donner un coup d’arrêt à la perception des vins d’entrées de gamme de faible qualité. Elle couvre en effet toutes les dénominations géographiques espagnoles et propose une palette de cuvées placées sur différents segments de marchés. Avec 25 références, elle peut à la fois parler aux consommateurs en recherche de simplicité et de plaisir, comme à ceux curieux de découvrir des profils plus pointus. Par ailleurs, la marque peut s’enorgueillir de remporter très régulièrement des médailles dans les plus grands concours internationaux comme le prix Mundus Vini obtenu sur un Valdepenas.   “Pour chaque cuvée Pata Negra, le produit respecte ce qui est au centre de la stratégie du groupe : la meilleure qualité au juste prix” insiste Garcia Carrion.

Quatre références effervescentes

Sur le marché des bulles, la distribution de Pata Negra en France doit relever un défi : celui du réflexe français pour la marque passée aux mains de l’allemand Henkell. Avec quatre références (dont un brut, un brut rosé et un brut bio), Pata Negra va faire la différence grâce à son positionnement prix entre 5 et 7 euros. Mais, il faudra diffuser le nom Cava et obtenir sa reconnaissance par le marché français. Car, dans ces tranches de prix, le consommateur français risque de s’interroger sur la qualité. “Nous comptons sur la tendance qui anime les segment des bulles mais également sur la ré-assurance portée par la marque Pata Negra” indique Garcia Carrion , présent au salon Bulles Expo, salon spécialisé sur l’effervescence qui aura lieu les 18 et 19 juin à Paris (voir encadré). Avec cette vitrine, le géant espagnol espère marquer des points dans la distribution des vins effervescents étrangers en France. “Nous souhaitons expliquer notre volonté de développer le consommateur. Notre offre est large ce qui nous permet de proposer plusieurs variations de Cava et d’AOC espagnoles” indique Garcia Carrion. Et de regretter : “Jusqu’à présent les Espagnols n’ont pas su faire le marketing de l’offre espagnole”. Garcia Carrion semble être bien décidé à s’emparer du sujet. Si le groupe y réussit, il est fort probable que c’est toute l’offre espagnole qui en bénéficiera.

 

Bulles Expo, un salon spécialisé sur la bulle

Les 18 et 19 juin, le Parc Floral de Paris accueille la seconde édition de Bulles Expo, un salon professionnel spécialisé sur la Bulle. Avec à coeur de donner une place spécifique aux vins effervescents, le salon veut montrer que “les bulles sont un monde à part dans un monde de vin”. En 2016, première édition du salon, Bulles Expo avait accueilli une centaine d’exposants français et internationaux. La seconde édition devrait en accueillir au moins autant. Elle poursuivra l’ambition première du salon : structurer l’offre des bulles, faire de Paris une place de marché attractive et réinterpréter le concept de salon. En effet, cette année, les exposants peuvent acheter à la fois un stand mais également des rendez-vous commerciaux clé en main.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé