LE FIL

Boisson d’avril

L’association 0,00° attaque le vin, « stigmate de l’alcoolisme culturel »

Dimanche 01 avril 2018 par Alexandre Abellan

Pour ne plus promouvoir la consommation de vin, l’association 0,00° propose de reprendre les peintures pour en gommer les traces œnophiles Exemple ici avec le Jeune Dégustateur de Philippe Mercier.Pour ne plus promouvoir la consommation de vin, l’association 0,00° propose de reprendre les peintures pour en gommer les traces œnophiles Exemple ici avec le Jeune Dégustateur de Philippe Mercier. - crédit photo : Création Vitisphere
Le lobby du vin n’a qu’à bien se tenir : de courageux hygiénistes s’en prennent aux symboles de sa domination culturelle pour sortir les Français du vice dionysiaque.

Ce matin, le vin de France a peur. Dans la nuit dernière, l’association hygiéniste 0,00° a revendiqué une série d’actions coups de poing à l’encontre du vin. Des tags ont fleuri sur des façades de cavistes (« la crise de foie vous guette », « vinaigre : le seul vin nature qui vaille », « sablez le Champomy »…), des tire-bouchons menaçants ont été envoyés à des élus de la filière (on parle même d’un modèle Charles de Gaulle posté à l’Élysée), les plaques d’entrée de villes viticoles ont été réécrites (Colmar devenant Alcool Marre, Meursault se transformant en Meurs Saoul, Vinsobres rebaptisé Sobre…) et il semblerait que des restaurants aient subi des autodafés de leurs cartes des vins (peu inflammables, les ardoises Tariquet auraient été épargnées). 

« On ne peut séparer le bon vin de l’ivresse » clame Melvin Danlegosié, le porte-parole de l’association 0,00°, pour justifier cette série d'actions. Prônant « la consommation zéro de chez zéro », l’activiste se base sur des études de sa connaissance pour souligner que « le risque pour la santé publique commence avant même le premier verre. Il suffit de le renifler pour voir augmenter le risque de réflexe photo-sternutatoire, et je ne parle pas des effets de débouchages répétés sur le canal carpien. »

"Couvrez ce vin, que je ne saurais boire !"

Face au tabou français qui laisse la consommation de vin baigner dans la complaisance, Melvin Danlegosié a des avis tranchés : « la loi Évin a été vidée de son sens, il faut interdire toute communication sur les vins. Dans un monde parfait, vous ne devriez même pas pouvoir écrire ou prononcer ce mot. On devrait dire à la place "jus de raisin victime d’une piqûre alcoolique dégénérescente", ce serait une vraie information pour le consommateur ! »

Dénonçant un lobby du vin qui manipule habilement les masses en leur faisant croire que leur boisson n’est qu’un vecteur culturel de convivialité, l’association 0,00° a une solution, forcément radicale : « Mettre "la consommation d’alcool nuit à la santé" à la place de "consommer avec modération" n’est qu’une demi-mesure. "L’alcool ça pue et ça tue", voilà le mot d’ordre » s’enflamme le porte-parole, qui propose un étiquetage neutre et anxiogène pour les bouteilles, comme celui du paquet de cigarettes qu’il vide consciencieusement pendant l’entretien. « Quand le vin se sera tiré, il faudra crier victoire » conclut l’activiste.

Est-il besoin de le préciser ?

Ami lecteur, l’association 0,00° et l'ensemble de cet article ne sont évidemment qu’un poisson d’avril. Peut-on imaginer de telles revendications dans une société aussi moderne et modérée que la nôtre ?

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé