LE FIL

Bon à savoir

Envoyez un vin à Emmanuel Macron, il vous répondra (sûrement) et boira (peut-être)

Vendredi 23 mars 2018 par Alexandre Abellan

Conseillère agricole du président (à droite lors du dernier salon de l’Agriculture), Audrey Bourolleau (en arrière-plan à gauche) a dirigé de 2009 à 2012 l’Union des Côtes de Bordeaux, dont les Côtes de Blaye sont membres.
Conseillère agricole du président (à droite lors du dernier salon de l’Agriculture), Audrey Bourolleau (en arrière-plan à gauche) a dirigé de 2009 à 2012 l’Union des Côtes de Bordeaux, dont les Côtes de Blaye sont membres. - crédit photo : Présidence de la République (Ghislain Mariette)
Par le biais de vœux de bonne année, un magnum de la citadelle de Blaye vient de rentrer dans les caves de l’Élysée. De quoi donner des idées aux syndicats et interprofessions de la France viticole.

Ayant pris quelques mois, les remerciements du président de la République aux vœux et à la bouteille envoyés par les vins de Blaye n’en ont que plus agréablement surpris le syndicat viticole bordelais. « Chaque année, nous envoyons nos vœux au président de la République, au premier ministre et au ministre de l’Agriculture » explique Mickaël Rouyer, le directeur de l’Organisme de Défense et de Gestion de Blaye Côtes de Bordeaux. Pour marquer le lancement de la cuvée du clos de l’Échauguette (issue d’une parcelle de la Citadelle de Blaye, classé Unesco), l’ODG a envoyé un magnum en prime.

Si les remerciements du ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert ont été rapides, ceux du président de la République, Emmanuel Macron, viennent tout juste d’arriver. Brève, la lettre remercie les vignerons de Blaye pour leurs vœux et leur attention, et leur adresse ses plus vifs encouragements dans la poursuite de leurs activités professionnelles. Avec en prime un « bien à vous » de la main du président qui réjouit l’ODG.

Source d’inspiration

Révélée par le Sud-Ouest,cette réponse de l’Élysée inspire déjà une suite aux vins de Blaye, qui comptent envoyer une cuvée au pape François. Cette initiative pourrait aussi inspirer d’autres instances viticoles. Alors que le président a réitéré son soutien au vignoble français, mais que la mise en place de politique de prévention des consommations excessives reste à concrétiser avec le ministère de la Santé, ou que la réforme de la fiscalité agricole va être lancée, ou que le maintien du cuivre au niveau européen nécessite une mobilisation de l'État...

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé