LE FIL

Jus de treille et jukebox

La Cité du Vin donne dans la musique à boire et revoir

Samedi 24 mars 2018 par Alexandre Abellan

Parmi les 150 œuvres exposées, le visiteurs pourra suspendre son pas devant « Le Cortège du bœuf gras, dit aussi La Fête du vin Maître des cortèges » (huile sur toile, peinte vers 1640, du musée national Picasso).
Parmi les 150 œuvres exposées, le visiteurs pourra suspendre son pas devant « Le Cortège du bœuf gras, dit aussi La Fête du vin Maître des cortèges » (huile sur toile, peinte vers 1640, du musée national Picasso). - crédit photo : RMN-Grand Palais / Jean-Gilles Berizzi
Si l’air du Brindisi, de l’opéra La Traviata de Giuseppe Verdi, est bien présent, la musette Ah ! Le petit vin blanc ,de Jean Dréjac, est absente de cette exposition bordelaise hautement culturelle sur les liens entre vins et musiques.

Des opéras de la Renaissance aux chansons à boire contemporaines, la Cité du Vin parcourt les styles et les époques dans son exposition temporaire « le vin et la musique, accords et désaccords ». Jusqu’au 24 juin prochain à Bordeaux, les visiteurs pourront approcher la diversité des œuvres inspirées par le vin et la musique. Qu’il s’agisse de partitions et extraits musicaux, de tableaux et représentations théâtrales, d’airs de bacchanales ou de carnavals…

« S’appuyant sur la pratique des repas galants en chansons et sur la convivialité des banquets, tavernes et cabarets, l’alliance du vin et de la musique traverse les siècles et trouve son expression dans toutes les couches sociales » explique dans la catalogue la Fondation pour la Culture et les Civilisations du Vin. Des liens qui existent depuis l’Antiquité : « Dionysos/Bacchus est le dieu du vin et de l’inspiration créatrice » peut-on apprendre dans cette exposition multimédia.

Dès 8 ans

À noter que l’exposition temporaire est ouverte aux enfants, avec un parcours spécifique. Accessible à partir de huit ans, ce circuit donne la part belle à « l’histoire des instruments et des genres musicaux, la variété des décors, des costumes et bijoux de scène » précise le communiqué de l’exposition, qui a ouvert ce 23 mars.

 

« La figure isolée du musicien en état d’ébriété ou du Musicien buveur est un motif qui connaît un bel engouement chez les peintres du Nord au début du XVIIe siècle » apprend-on lors de l’exposition. Tableau anonyme : le Violoniste buveur ou Musicien à l'alcool gai (photo de Nicolas Nicostrate).
 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé