LE FIL

Champagnes Ayala

+30 % de potentiel de production, après +30 % de commercialisation

Mercredi 14 mars 2018 par Alexandre Abellan

« Alors que le marché français est le plus bataillé, nous y sommes en croissance » se félicite Hadrien Mouflard.« Alors que le marché français est le plus bataillé, nous y sommes en croissance » se félicite Hadrien Mouflard. - crédit photo : Champagnes Ayala
La maison d’Aÿ se donne les moyens de pouvoir soutenir sa dynamique de développement commercial avec l’acquisition de 22 nouvelles cuves.

Affectionnant la discrétion qui sied aux maisons de Champagne, Hadrien Mouflard, le directeur général d’Ayala (Société Jacques Bollinger), n’aime pas donner de chiffres précis. À l’occasion de l’inauguration de la nouvelle cuverie de la maison d’Aÿ, il ne donnera pas de coûts ou de prix, mais il précise que cet outil supplémentaire de 3 300 hectolitres représente une hausse de 20 à 30 % de la capacité de production d’Ayala. Par rapport à un volume actuel de 8 à 10 000 hl.

« Depuis deux vendanges, on était trop à l’étroit pour les assemblages et les tirages. En augmentant la capacité de stockage, on structure notre outil pour voir sereinement les cinq prochaines années. Si nous continuons à nous développer ainsi, nous verrons à construire une troisième cuverie » s’amuse à anticiper Hadrien Mouflard.

1 million de bouteilles

S’élevant à un million de cols en 2017, les ventes d’Ayala ont atteint l’objectif fixé pour 2020. « L’année a été exceptionnelle. Tous les vents étaient favorables » se réjouit Hadrien Mouflard, qui évoque une croissance de plus de 30 % de la commercialisation de la maison depuis son plan de relance, qui date de 2013. Sans faire montre d’un optimisme effréné (« l’environnement concurrentiel est compliqué »), Hadrien Mouflard souligne qu’Ayala s’inscrit dans une dynamique de croissance de tous ces marchés (sauf le Royaume-Uni, qui se maintient).

« Le plus important, c’est que les ventes se développent en volume et que la marque se valorise » souligne le directeur, partisan d’une petite croissance des prix tous les ans. Sans préciser la nature de la hausse 2018, il se félicite d’avoir passé la barre des 30 euros de prix de vente consommateur en France. Qui représente le tiers des ventes d’Ayala, partageant décidément beaucoup de chiffres.
 

Ayant nécessité six mois de chantier, ce nouveau cuvier semi-enterré a été réfléchi pour réduire la consommation en énergie de l’outil de production. Au-delà de l’appareil technique, la cuverie reprend l’image de la marque en jouant sur l’inox et le noir.
 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé