LE FIL

Allégement des contraintes

Les Vignerons Indépendants demandent le soutien de l'œnotourisme

Lundi 05 mars 2018 par Marion Bazireau
Article mis à jour le 06/03/2018 14:45:13

Lorenza Romanese, Thomas Montagne et Thierry Mothe ont reçu de nombreux députés sur le stand des Vignerons Indépendants.
Lorenza Romanese, Thomas Montagne et Thierry Mothe ont reçu de nombreux députés sur le stand des Vignerons Indépendants. - crédit photo : Marion Bazireau
Les Vignerons Indépendants de France profitent du Salon de l’Agriculture pour faire passer leurs messages aux députés. Notamment concernant les caves recevant des touristes.

Ce jeudi premier mars, les Vignerons Indépendants de France attendaient toujours la visite de Stéphane Travert sur leur stand. « C’est vraiment dommage d’avoir un Ministère de l’agriculture aussi faible, glissait alors Thomas Montagne, Président du mouvement, à la presse. Heureusement, beaucoup de députés français et européens sont venus nous voir et ont écouté nos revendications. »

Après avoir annoncé ses demandes sur la réforme de la fiscalité agricole et sur l'étiquetage nutritionnel, Thomas Montagne a notamment rappelé à la presse qu’il attend une circulaire du Ministère du travail, permettant aux touristes de participer aux vendanges, sans que cela ne soit considéré comme du travail dissimulé.

Rehaussement des seuils sur les activités accessoires

Les Vignerons Indépendants se sont en revanche félicités d’avoir réussi à ce que les seuils encadrant les activités accessoires soient relevés lors de la loi de finances 2018, afin de favoriser l’œnotourisme. « Une exploitation qui reçoit des touristes peut désormais bénéficier du régime agricole tant que cette activité n’atteint pas 50 % du chiffre d’affaires total ou 100 000 euros de chiffre d’affaires (contre 30% et 50 000€ auparavant) » a détaillé le Président du mouvement.

Naissance de l'Association nationale pour le Développement de la HVE

A 16 heures, les Vignerons Indépendants ont reçu Brune Poirson, Secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, pour lancer officiellement l’Association pour le Développement de la HVE (Haute Valeur Environnementale). Considérant que tout le monde n’avait pas les moyens de se lancer dans l’Agriculture biologique et qu’il n’était pas normal que les autres initiatives environnementales ne soient pas du tout reconnues, les Vignerons Indépendants font le maximum pour que le label HVE se développe.

« Cette Association nationale doit regrouper toutes les filières agricoles et des acteurs de la distribution, tel qu’Intermarché, qui s’est engagé à se fournir en produits boulangers issus de blé certifié HVE. Elle offrira au label un plus gros budget de communication, qui aura désormais de vrais moyens pour se faire connaître du public. Nous voulons qu’il soit connu de tous, comme le bio » a affirmé Jean-Jacques Jarjanette, directeur général des Vignerons Indépendants de France. C'est bon pour l'environnement et pour le porte-monnaie des agriculteurs. « Comme le dit si bien Christiane Lambert « Plus vert c’est plus cher » » s'est amusé Thomas Montagne.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé