LE FIL

En prévision des aléas

Bientôt une demie-récolte d’avance pour les AOC

Lundi 19 février 2018 par Bertrand Collard

A l'avenir les producteurs d'appellation pourront se constituer plus rapidement une réserve plus important, sous forme de VCI.
A l'avenir les producteurs d'appellation pourront se constituer plus rapidement une réserve plus important, sous forme de VCI. - crédit photo : B. Collard
L’INAO s’apprête à autoriser les producteurs d’appellation à constituer plus rapidement une réserve plus importante de vin sous forme de VCI.

La décision est pratiquement prise. Le 15 février, le comité national des vins AOC de l’INAO a examiné le rapport de la commission sur le VCI (volume complémentaire individuel) présidée par Philippe Pellaton, président du syndicat des vignerons des Côtes du Rhône.

"Le plafond passe de 30 à 50 % d'une récolte"

Ce rapport préconise d’augmenter les possibilités de mises en réserve. Le volume total mis en réserve passerait ainsi de 30 à 50 % du rendement de base d’une appellation, un plafond qui ne pourra être atteint au mieux qu’en trois ans. Et le volume qu’un producteur serait autorisé à conserver au maximum chaque année passerait 10 à 20 % du rendement annuel, sans que le rendement annuel + le VCI dépasse le butoir. Un règle déjà en vigueur.

« Le comité national a donné quitus au groupe de travail pour continuer dans cette voie. Il ne reste que quelques points à caler avant un vote définitif sur ces nouvelles dispositions en juin. Nous sommes sur la bonne voie », assure Christian Paly, président du comité national des vins AOC.

"Du temps pour l'administration"

En fait, le nouveau directeur de performance économique et environnementale des entreprises (DGPE) du ministère de l’Agriculture aurait demandé un délai pour examiner le dossier. Mais ces seuils augmentés devraient bien être opérationnels dès 2018.

Une autre amélioration intéresse les vendeurs de raisins. Pour l’instant, ils ne peuvent pas déclarer de VCI pour d’obscures questions juridiques. « Une solution est en vue pour une mise en œuvre dès 2018 », assure Christian Paly.

Feu vert pour l'appellation Cairanne

Fin juin 2017, le conseil d'Etat avait annulé le cahier des charges de l'appelation Cairanne, estimant qu'il ne décrivait pas suffisamment « les facteurs humains façonnant la qualité ou les caractères propres du produit ». Le 15 février, le comité national a examiné et approuvé une nouvelle mouture du cahier des charges « sous réserve qu'il n'y ait pas d'opposition dans le cadre de la PNO qui est en cours », explique Christian Paly. L'Inao a voté ce texte avant la fin de la procédure nationale d'opposition ouverte le 24 janvier pour deux mois car il doit faire vite. Le conseil d'Etat a donné jusqu'au 1 juillet 2018 au gouvernement pour homologuer un nouveau cahier des charges.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé