LE FIL

AOC du Languedoc

« Nous avons les volumes pour poursuivre notre croissance »

Mercredi 14 février 2018 par Michèle Trévoux

Xavier de Volontat, président du CIVL : 'nous sommes une des rares régions de France, voire même d’Europe, qui pourra  continuer à alimenter ses marchés. A la veille de Vinisud, nous tenions à rassurer tous les acheteurs : nous avons les volumes pour poursuivre notre croissance »Xavier de Volontat, président du CIVL : 'nous sommes une des rares régions de France, voire même d’Europe, qui pourra continuer à alimenter ses marchés. A la veille de Vinisud, nous tenions à rassurer tous les acheteurs : nous avons les volumes pour poursuivre notre croissance » - crédit photo : Michèle Trévoux
L’année se présente plutôt bien pour les AOC du Languedoc. La progression des ventes observée sur l’année 2017 devrait se poursuivre en 2018, car la récolte 2017 n’est finalement qu’en léger retrait par rapport celle de 2016. AOC et IGP devraient également bénéficier de la dynamique du marché des rosés.

Xavier de Volontat, président du CIVL, avait le sourire ce mardi 13 février. Lors d’une conférence de presse organisée à la veille du salon Vinisud,  le président du CIVL a présenté des perspectives plutôt bien orientées pour les AOC du Languedoc. Avec une déclaration de récolte de 1,250 million d’hl, le vignoble AOC du Languedoc ne s’en tire pas trop mal par rapport à d’autres régions françaises. « C’est une bonne nouvelle, a-t-il commenté. Nous sommes une des rares régions de France, voire même d’Europe, qui pourra  continuer à alimenter ses marchés. A la veille de Vinisud, nous tenions à rassurer tous les acheteurs : nous avons les volumes pour poursuivre notre croissance ». Pour les IGP Sud de France, la situation est moins favorable puisque la récolte de, 1,1 million d’hl seulement, accuse une baisse de 22%  par rapport à l’an passé. Mais là encore, le président se veut rassurant : « Les stocks que nous avions en début de campagne vont nous permettre de compenser cette petite récolte », a-t-il assuré.

La montée en gamme se poursuit

Les chiffres de la campagne précédente confirment la poursuite du repositionnement prix des AOC languedociennes. Les cours des vins en vrac sont à la hausse : le Corbière s’échange à 130 €/hl (contre 123€ pour le millésime 2016), le Minervois est à 141€ (139€ pour le 2016), le Saint Chinian à 143 € (137€ pour le 2016) et le Languedoc à 138 € (127 € pour le 2016). « Nous n’avons pas encore atteint le seuil de prix qui permet à nos vignerons de gagner leur vie et  aux jeunes d’être motivés pour s’installer. L’objectif  d’atteindre au moins 150 €/hl est à notre portée d’ici un ou deux ans», a précisé Jérôme Villaret, délégué général de l’interprofession.

Les ventes en GD témoignent de cette montée en gamme. En 2017, elles ont progressé de 27% en valeur (170 M€), accusant un recul de 10% en volume. « C’est la conséquence de notre volonté de montée en gamme. Nous perdons des volumes sur les vins d’entrée de gamme (moins de 3 € la bouteille), par contre, nous enregistrons de fortes progressions pour les vins positionnés à plus de 4 € la bouteille, qui représentent désormais 47% de nos volumes de vente en GD. Mais ces hausses ne compensent pas totalement les pertes de volume de nos entrées de gamme », a commenté Xavier de Volontat.

 L’emballement pour les rosés

Autre tendance forte sur le marché des AOC languedociennes : l’engouement du marché pour les rosés, qui touche aussi bien les AOC que les IGP Sud de France. Les volumes de vente ont progressé de 50% depuis la campagne 2011-2012. Ils ont continué à enregistrer une forte croissance en 2017 : 194 8002 hl de rosé AOC ont été commercialisé soit une hausse de 10%. Les ventes de rosés IGP s’élèvent à 136 300 hl (+14%). « C’est un formidable relai de croissance pour nos AOC comme nos IGP. Nous sommes la seule région de France dont les ventes de rosé progressent. Nous avons la capacité de fournir les volumes nécessaires à la dynamique de ce marché », s’enorgueillit Xavier de Volontat.

Une année record à l’exportation

2017 est une nouvelle année record en valeur pour les exportations des AOC du Languedoc-Roussillon, qui pour la première fois dépassent les 200 M€ (+12%). La croissance a été continue sur les 5 dernières années (+ 45% depuis 2012). Les plus fortes hausses concernent la Chine, premier marché export des AOC du Languedoc avec 47 M€ en 2017 (+30%) et les USA : 42 M€ (+37%). Sur les marchés européens, les AOC du Languedoc continuent à progresser au Royaume-Uni, malgré le Brexit. La reconquête est en cours en Allemagne, pays où les ventes avaient baissé ces trois dernières années et qui renoue avec la croissance en 2017. En Belgique, les ventes, en déclin depuis 2014, continuent à baisser. Enfin sur le Canada, qui faisait partie des meilleurs clients export, les ventes sont également à la baisse. « Nous avons été déréférencés du rayon des entrées de gamme de la SAQ au Québec, cela se traduit par une baisse de 10% de nos volumes soit 3000 hl en moins. Mais en valeur, nos ventes progressent de 3% car nous nous développons sur d’autres états comme la Colombie Britannique et l’Ontario avec des prix plus valorisés », explique Jérôme Villaret.

« Après 10 ans de travail avec les distributeurs, les cavistes, les sommeliers, le repositionnement qualitatif des AOC Languedoc est une réalité en France et sur les principaux marchés internationaux », ont conclu les responsables de l’Interprofession. Reste encore à rectifier quelques petites incohérences comme le positionnement de l’AOC Languedoc, appellation régionale censée être la base de la pyramide, qui, en prix, se situe au-dessus de l’AOC Corbières, pourtant positionnée dessus dans la hiérarchisation. « Corbières doit se repositionner, en a convenu Xavier de Volontat. Nous allons faire un travail d’image pour arriver à un rééquilibrage des prix ».


 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé