LE FIL

14,90 €/col

Vranken lance son Brut de France sur le marché belge

Vendredi 09 février 2018 par Alexandre Abellan

 La prise de bulle est en méthode traditionnelle… pour ne pas dire champenoise » glisse dans un sourire Paul-François Vranken. La prise de bulle est en méthode traditionnelle… pour ne pas dire champenoise » glisse dans un sourire Paul-François Vranken. - crédit photo : Vranken Pommery Monopole
Dédiée à l’export européen, cette cuvée a été conçue sur-mesure en Camargue pour concurrencer les proseccos avec le savoir-faire champenois.

« Il y a sur la bouteille l’origine France, la méthode traditionnelle et l’assurance d’un produit de vignerons… Mais pas le moindre risque de confusion avec les champagnes » pose Paul-François Vranken, le PDG du groupe Vranken Pommery Monopole. Tout juste dévoilé en Belgique dans la chaîne de supermarchés Delhaize, le Brut de France des domaines Vranken affiche en effet clairement son origine camarguaise*. Mais à 14,90 euros la bouteille, ce vin de France « n’est pas de l’entrée de gamme » souligne le deuxième acteur des bulles champenoises, et le premier à miser ainsi sur les Vins Sans Indication Géographique.

100 % chardonnay, cette cuvée devrait prochainement être suivie par un rosé, accompagnant une montée en puissance de cette gamme. Dans un premier temps, les 100 000 cols produits en 2015 et 2016 vont être commercialisés. « Cette année, on met en rayons, en visant les marchés stratégiques européens : d’abord la Belgique, puis l’Allemagne… et même l’Italie ! » sourit Paul-François Vranken.

"Ne pas laisser la place au prosecco"

Car tout le but de ce nouveau produit est d’utiliser « notre savoir-faire pour ne pas laisser toute la place au prosecco italien à l’export » explique Paul-François Vranken. « La Champagne est limitée dans son aire de production, elle ne peut plus produire de volumes, mais de la valeur. Toute une part de notre activité historique s’est libérée. Il nous a paru intéressant de prendre des positions là où d’autres deviennent dominants. »

Avec 600 000 cols produits en 2017, la commercialisation de ce brut devrait connaître une nouvelle étape dès la fin 2018 sur les marchés européens. La cuvée étant produite exclusivement pour l’export. Une approche également déclinée en Amérique du Nord, avec la commercialisation de 120 000 cols de Louis Pommery California Sparkling Wine l’an dernier. Le groupe visant 400 000 bouteilles d’effervescents californiens dans les cinq ans.

 

* : Le groupe possède 1 750 hectares de vignes en Camargue.
 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé