Accueil / Commerce/Gestion / Château Chasse Spleen boude toujours les Crus Bourgeois

Classement médocain
Château Chasse Spleen boude toujours les Crus Bourgeois

Alors que l'Alliance des Crus Bourgeois cherche à faire revenir les marques fortes ayant quitté le mouvement, le château Chasse Spleen décline la main tendue.
Par Alexandre Abellan Le 03 janvier 2018
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Château Chasse Spleen boude toujours les Crus Bourgeois
Avec 104 hectares de vignes, Chasse Spleen SA alloue selon les années 5 à 8 hectares pour production du château Gressier Grand Poujeau. - crédit photo : Château Chasse Spleen
L

’Alliance des Crus Bourgeois aura beau faire les yeux de biche, le château Chasse Spleen compte rester en dehors du nouveau classement quinquennal et à trois niveaux annoncé pour 2020. Marque forte s’étant émancipée des crus bourgeois après l’attaque du classement de 2003 (où le château était cru exceptionnel), Chasse Spleen ne figure plus au classement annuel en vigueur depuis 2010 (et le millésime 2008). Et ne compte pas revenir sous la forme quinquennale, malgré des avantages certains pour rassurer les marchés.

« J’exprime des réserves sur le principe de hiérarchie. Cela fera toujours des mécontents qui n’accepteront pas d’être absents. Il y aura toujours des attaques judiciaires. Alors que les consommateurs demandent de la stabilité, et pas des procès » souligne Jean-Pierre Foubet, le directeur général des châteaux Chasse Spleen et Gressier Grand Poujeaux*. Voisines, les deux propriétés ont les mêmes propriétaires, mais pas la même approche des Crus Bourgeois (ni même réseaux de vente, voir encadré).

On vit très bien sans

Le château Gressier Grand Poujeau s’inscrit ainsi dans la démarche des crus bourgeois. Tandis que Chasse Spleen est plébiscité par la place de Bordeaux, devenant une marque forte à part entière. « Nous nous sommes aperçus que l'absence de mention n'abîme pas nos affaires. On vit très bien sans » conclut Jean-Pierre Foubet

 

* : Ainsi que du château de Camensac (cinquième grand cru classé en 1855).

Direction Amazon

Depuis ce 14 décembre, le château Gressier Grand Poujeaux a quitté le négoce bordelais pour vendre ses 60 000 bouteilles de vin produites annuellement sur le site Amazon*. Une décision mûrement réfléchie pour ce « parangon de l’orthodoxie de la place bordelaise », comme l’explique Jean-Pierre Foubet, « Ce qui nous a mis la puce à l’oreille, c’est que quand nous n'avons pas produit de Gressier Grand Poujeaux 2013, aucun négociant n'a appelé pour s'en étonner. D'ou la pensée que peut-etre , ils se sentaient obligés nous en acheter de peur d'être sanctionnés sur les allocations de Chasse Spleen. Mais ce ne sont que des supputations » souligne-t-il.

S’apercevant que les stocks du château Gressier Grand Poujeaux s’amoncelaient chez certains négociants, la propriété a donc décidé de s’essayer à la vente directe. « Nous avons choisi Amazon parce que l’on y trouve encore peu de vins, et que l’on peut espérer plus de visibilité que sur les autres sites spécialisés » estime Jean-Pierre Foubet, qui se donne cinq ans pour juger de la plate-forme. Cette approche de la vente directe n’est pas un ballon d’essai pour Chasse Spleen précise-t-il, soulignant que « la place de Bordeaux nous satisfait totalement ».

 

* : Ainsi que sur son propre site. « On ne pouvait pas être une impasse, même si l’on fait moins d’audience qu’Amazon » ajoute Jean-Pierre Foubet.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé