LE FIL

Prime time

Le vin peut-il se faire une place à la télévision ?

Dimanche 07 janvier 2018 par Alexandre Abellan

Des pastilles Une Minute, un vignoble aux documentaires Des Hommes et du Vin, la télévision a vu se succéder les contenus sur la culture du vin.Des pastilles Une Minute, un vignoble aux documentaires Des Hommes et du Vin, la télévision a vu se succéder les contenus sur la culture du vin. - crédit photo : Création Vitisphere
Avançant à pas comptés, la filière vin commence à apprendre les codes de la diffusion Évin-compatible sur les canaux hertziens.

Conséquence directe de la clarification de la Évin en 2015, Vin & Société a pu diffuser à deux reprises les 18 épisodes de la série Une Minute, Un Vignoble (d’abord de mars à juin sur France 2 et France 5, puis de septembre à novembre sur France 2). Avec un budget de 500 000 €, le programme court a été financé par les interprofessions des six vignobles parcourus et présentés (Bordeaux, Bourgogne, Champagne, Languedoc, Provence et Côtes du Rhône). Pour s'éviter les foudres des gardiens du temple de l’hygiénisme et de la loi Évin, Vin et Société et ses acolytes ont bien pris soin de ne pas montrer de verre de vin, ou presque. Sur sa première diffusion, le programme aurait réuni en moyenne 2 millions de téléspectateurs, et surtout pas une plainte d’association anti-alcool.

Autre exemple réussi de communication des cultures et civilisations du vin avec les 20 épisodes de la série des Hommes et du Vin, diffusés ce mois d’octobre sur la chaîne Arte. À la découverte des vignobles du monde entier, le documentaire dépeint un monde du vin merveilleux d’adaptation et d’histoire.

Autres canaux

Si de nouvelles possibilités de communication peuvent être vues à la TV*, d’autres médias peuvent aussi être sollicités. « Il est faux de dire que l’on est muselé dans le monde du vin ! Il y a une vraie liberté de parole dans la presse écrite, sur internet et à la radio » affirme ainsi Alain Marty, qui a fêté cette année la sept-centième édition de son émission de radio InVino. L’animateur a de quoi se réjouir de sa liberté de ton rédactionnel, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) n’étant jamais intervenu sur les citations de marques de vins et spiritueux qui émaillent l’émission. « La seule fois où le CSA nous a repris, c’était pour le nom d’un restaurant trop cité dans une émission » appuie le créateur du Wine & Business Club (qui essaime en France depuis 1991).

 

* : Sans oublier la diffusion de films, comme le récent Ce qui nous lie de Cédric Klapisch.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé