LE FIL

Box-office

Pourquoi le vin apparaît toutes les 20 minutes dans le cinéma français ?

Lundi 01 janvier 2018 par Alexandre Abellan

Les films étudiés vont de Mourir d’aimer (d’André Cayatte, 1970) à Supercondriaque (de Dany Boon, 2014), en passant par le Dîner de Cons (de Francis Weber, 1998).Les films étudiés vont de Mourir d’aimer (d’André Cayatte, 1970) à Supercondriaque (de Dany Boon, 2014), en passant par le Dîner de Cons (de Francis Weber, 1998). - crédit photo : Création Vitisphere
La présence de la dive bouteille dans les productions hexagonales reste importante. Et cantonnée aux moments de convivialité et de partage.

« Le problème quand on cherche les placements dans les films, c’est qu’ensuite on prend le réflexe… Et qu’on se gâche le plaisir de spectateur » s’amuse le docteur Foued Cheriet (maître de conférences à Montpellier SupAgro). En 2015 et 2016, l’enseignant-chercheur a visionné avec des étudiants et confrères 47 succès du box-office français, sortis entre 1970 et 2014. Avec ces 90 heures de long-métrage, il a ainsi pu explorer la place des vins dans le cinéma populaire français.

Et leur présence est massive : avec au moins une scène dans 92 % des films étudiés. En moyenne, un verre ou une bouteille apparaissent toutes les 20 minutes. Soit 5,2 fois par film. Le film présentant le plus de scènes de vin est La Môme (d’Olivier Dahan, 2007), avec 23 occurrences (dont 7 de champagnes).

Les clichés sur le vin

Exploratoire, l’étude s’est également penchée sur les modalités d’apparition des vins. « On mange beaucoup dans le cinéma français, les clichés sur le vin sont présents et récurrents. Mais surtout exacerbés. Le vin rouge pour les repas ordinaires, familiaux ou professionnels. Le vin rosé à la plage, en vacances, dans le Sud… Le champagne pour le luxe, la séduction et au restaurant… Le rouge pour les hommes, les blancs pour les femmes ! » résume Foued Cheriet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé