LE FIL

Pétiller plutôt que piétiner

Vendredi 15 décembre 2017 par Marion Sepeau Ivaldi

 

Qu’on partage ou pas la vision libérale de l’Institut de recherches économiques et fiscales, son rapport sur la filière viticole a quelque chose de stimulant, car il force à prendre du recul. L’analyse très tranchée contient une certaine justesse quand on met en parallèle cette critique au vitriol avec l’actualité des vins effervescents. Les années passent et la même scène se joue encore : l’Etat valide des cahiers des charges IGP puis les Crémants engagent une procédure au Conseil d’Etat. Le jeu de pouvoir du corporatisme bat son plein. On est dans ce mal français qui handicape, immobilise, happe les énergies sur des batailles improductives. L’effervescence n’est la propriété de quiconque. Et il est sidérant de constater que voilà bientôt dix ans que l’Union européenne a ouvert la possibilité aux IGP de produire des bulles. Sur cette décennie, la France n'a validé que 8 IGP mousseux, dont 4 sont sur la sellette, suspendue à une nouvelle attaque au conseil d'Etat. Pendant ce temps-là, le Prosecco et le Cava font leur beurre et gagnent des parts de marché.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé