LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 

Gard

Les agriculteurs bloquent le centre des impôts

Mercredi 13 décembre 2017 par Marion Sepeau Ivaldi

150 agriculteurs, dont une large majorité de viticulteurs, se sont massés devant le Centre des impôts de Nîmes le 12 décembre.
150 agriculteurs, dont une large majorité de viticulteurs, se sont massés devant le Centre des impôts de Nîmes le 12 décembre. - crédit photo : SVG
Environ 150 agriculteurs se sont regroupés le 12 décembre devant le Centre des impôts de Nîmes. En cause : l’application du dégrèvement de la TFNB.

150 agriculteurs gardois, dont une large majorité de viticulteurs, s’étaient donné rendez-vous devant le Centre des Impôts de Nîmes à l’appel des Jeunes Agriculteurs, de Coop de France Languedoc-Roussillon, du Syndicat des vignerons gardois, des Vignerons indépendants et de la FDSEA du Gard. Si une petite dizaine a pu pénétrer dans les locaux, ils ont rapidement été reconduits vers la sortie par deux compagnies de CRS venues contenir les débordements. L’objet de cette opération coup de poing : le dégrèvement de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB). Pour les agriculteurs, il est inacceptable que le dégrèvement ne s’applique qu’aux seuls viticulteurs. Ils demandent à ce que tous puissent bénéficier de cet allègement de charge.

Des inégalités

Second grief : le calcul du dégrèvement. « Selon les zones, les viticulteurs ne bénéficient pas du même taux de dégrèvement. C’est inacceptable. Une baisse de 30 % de récolte équivaut concrètement à une baisse de revenu de 100 % » tempête Xavier Fabre, président du Syndicat général des vignerons du Gard. Par ailleurs, glisse-t-il, cette exonération totale correspond à un budget de 2,5 millions d’euros. « Or, nous venons d’apprendre que les pouvoirs publics mobilisent un budget de 7,3 millions d’euros pour le vignoble bordelais » constate Xavier Fabre. Y aurait-il deux poids, deux mesures ? « On voit de quel côté penche la balance » répond-il.

Une promesse de rencontre ministérielle

Reçu par le préfet et le directeur du Centre des impôts, la délégation représentant les agriculteurs est sortie plutôt rassurée de l’entrevue obtenue après plusieurs heures d’attente devant le Centre des impôts. « Le directeur du Centre des impôts a reconnu que les majorations, reçues par des agriculteurs, pour non-paiement de la taxe étaient une erreur. Par ailleurs, nous avons obtenu un report du paiement de la taxe au 31 mars (ndlr : le report était précédemment fixé au 31 décembre) » rapporte Xavier Fabre. Ces deux décisions devaient encore être confirmée par les pouvoirs publics lors de la rédaction de cet article. Le préfet s’est, toujours selon Xavier Fabre, engagé à faciliter une entrevue des agriculteurs avec le ministre de l’Agriculture et un représentant des Comptes publics. L’enjeu sera alors de taille : obtenir un dégrèvement total de la taxe, en faire bénéficier tous les agriculteurs gardois.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé