LE FIL

Politique de santé

Rigueur en Europe

Lundi 11 décembre 2017 par Marion Sepeau Ivaldi

Equivalence du taux d'alcool entre les différentes boissons alcoolisées.Equivalence du taux d'alcool entre les différentes boissons alcoolisées. - crédit photo : DR
Le Conseil de l’Europe a adopté de nouvelles conclusions en matière de politique de santé le 8 décembre dernier. Les propositions vont dans un sens toujours plus restrictif de la consommation d’alcool.

Les conclusions du Conseil de l’Europe sur la réglementation de la consommation d’alcool transfrontalière et la maîtrise de la consommation nocive d’alcool sont un signal de plus d’un climat politique de plus en plus ferme en matière d’alcool. Le texte fait totalement l’impasse sur la consommation culturelle et modérée d’alcool, de même qu’il ne fait pas référence à l’éducation à une consommation modérée.


Limiter les achats transfrontaliers


La politique prônée par ces conclusions adoptées par le Conseil de l’Europe le 7 décembre incite à une plus grande fermeté des Etats en la matière de consommation. Il propose notamment de conclure des accords bilatéraux ou multilatéraux entre les pays pour limiter les achats transfrontaliers d’alcool, notamment quand ces achats ont un effet négatif sur l’efficacité des politiques nationales de santé.


Internet sur la sellette


Le texte incite également à ce que la Commission européenne continue à évaluer le développement des nouveaux médias et l’efficacité de mesures pour réduire l’exposition (notamment des plus jeunes) aux publicités sur l’alcool publiées sur internet dont les réseaux sociaux. La Commission est également invitée à produire des statistiques pour évaluer le volume, le contenu et l’impact des campagnes de marketing sur les nouveaux médias.

Etiquetage

Le texte s’exprime également sur l’étiquetage nutritionnel et des ingrédients. Le texte ne cache pas son regard critique sur la méthode adoptée pour parvenir à une réglementation. La Commission de la Santé a proposé au secteur de l’alcool d’écrire sa propre réglementation (ce qui doit être fait en mars 2018). Les conclusions du Conseil de l’Europe indiquent qu’il faut dès à présent « considérer l’auto-réglementation insatisfaisante et qu’il faut sans délais lancer une étude d’évaluation afin de soumettre au Parlement européen et au Conseil de l’Europe des mesures appropriées visant à assurer des informations adéquates sur les ingrédients et la valeur nutritionnelle ».

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé