LE FIL

Fraude bordelaise

La Confédération Paysanne somme l’interprofession de porter plainte

Jeudi 07 décembre 2017 par Alexandre Abellan
Article mis à jour le 12/12/2017 10:40:40

« Ne pas porter plainte contre une fraude pareille, c'est réduire à néant l'image des appellations de Bordeaux dont les ventes s'effritent déjà en grande distribution » assène la Confédération Paysanne de Gironde.« Ne pas porter plainte contre une fraude pareille, c'est réduire à néant l'image des appellations de Bordeaux dont les ventes s'effritent déjà en grande distribution » assène la Confédération Paysanne de Gironde. - crédit photo : Détail de l’étiquette de la cuvée de la Confédération Paysanne de Gironde (par Michel Tolmer).
Révélée par Vitisphere, l’affaire des 4 200 hl de vins languedociens qui auraient été transformés en vins bordelais par Signes de Terres rebondit, avec l’interpellation du CIVB et de la FGVB par le troisième syndicat agricole de Gironde.

« Au nom de la viticulture honnête, nous demandons solennellement au Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB), à la Fédération des Grands Vins de Bordeaux (FGVB) et aux appellations victimes de déposer plainte devant le procureur de la République de Bordeaux » annonce un communiqué de la Confédération Paysanne de Gironde. Le syndicat agricole ajoutant que « le contraire pourrait passer pour de la forfaiture pure et simple ».

Visiblement remontés par les révélations de Vitisphere sur les 4 200 hl de vins languedociens qui auraient été transformés entre 2012 et 2014 en prestigieuses AOC (Bordeaux Supérieur, Margaux, Pauillac, Pomerol, Saint-Estèphe…), les élus de la Conf’ lâchent les coups. « On assiste à un drôle de manège, une course où chacun rivalise d'ingéniosité pour faire traîner l'affaire et surtout les poursuites. On pourrait presque croire que ce qui est recherché, c'est la prescription des faits » critique le communiqué.

Stand-by

Sollicitées, les instances viticoles n'ont pas encore pris de position officielle. Il semble qu'elles attendent actuellement l’ouverture d’une procédure judiciaire (le dossier d’enquête semblant toujours être dans les bureaux des Douanes). Les responsables contactés rappellent cependant que par le passé, ils ont systématiquement porté plainte dès lors qu'un fraude aux vins de Bordeaux était mise en audience.

Une position attentiste qui ne devrait pas satisfaire les élus de la Confédération Paysanne. Ces derniers évoquent, avec un brin de complotisme, que « les Douanes, parfois si diligentes pour sanctionner le petit viticulteur sans relations, ne semblent pas se presser pour saisir le procureur de la République. Tout le milieu viticole est au courant mais personne ne semble vouloir s'exprimer. Bizarre... Les esprits chagrins invoqueront l'implication (au moins secondaire) des plus importants négociants de Bordeaux. »
 

Mise à jour du 11 décembre : réaction de la FGVB

Tenant à apporter des précisions aux accusations de la Confédération Paysanne, le président de la FGVB, Hervé Grandeau, a lu ce 11 décembre à son assemblée générale une mise au point : « la FGVB a décidé il y a déjà plusieurs années de se constituer partie civile dès lors qu’une affaire de fraude concerne le vin d’AOC Bordeaux. Nous privilégions l’action sur la communication et rappelons que la constitution de partie civile ne peut avoir lieu que dans deux cas de figure. En premier lieu si une information est ouverte sur l’affaire et qu’un juge d’instruction est nommé. En second lieu, lorsqu’une affaire vient à l’audience du tribunal. À notre connaissance, l’affaire de fraudes citée récemment par la presse ne répond à aucune de ces situations à l’heure actuelle. Bien entendu, nous poursuivrons cette politique de lutte contre la fraude systématique, quels que soient les opérateurs incriminés, et indépendamment de toute pression. »

Il n'y a « aucune ambiguïté sur les agissements de la FGVB » martèle Hervé Grandeau ce 11 décembre, à la maison du vin de Bordeaux. Alexandre Abellan (Vitisphere).

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé