LE FIL

Sans bruit, ni fumée

Le tracteur vert des Vignerons indépendants du Gard

Mardi 28 novembre 2017 par Bertrand Collard
Article mis à jour le 05/12/2017 13:54:25

Mathieu Chatain, président des Vignerons indépendants du Gard, et Daniel Matt, professeur à l'université de MontpellierMathieu Chatain, président des Vignerons indépendants du Gard, et Daniel Matt, professeur à l'université de Montpellier - crédit photo : B. Collard
Les visiteurs du Sitevi peuvent découvrir un des tous premiers modèles de tracteur interligne électrique. Un engin conçu pour le travail du sol qui attend de trouver un industriel prêt à le fabriquer.

« Nous sommes très fiers de vous présenter ce tracteur vert. Il est né d’une démarche hors norme, d’une aventure collective. Et d’une question : comment améliorer notre bilan carbone alors que les nouvelles pratiques culturales imposent un nombre croissant de passages ? » explique Mathieu Chatain, président des Vignerons indépendants du Gard ce 28 novembre au Sitevi.

"Collaboration multiple"

On l’aura deviné, la réponse c’est le tracteur électrique. L’engin, né d’une collaboration entre l’école des Mines d’Alès, l’IUT de Nîmes et l’Université de Montpellier, est présenté pour la première fois au public au salon de Montpellier, sur le stand des Vignerons indépendants du Gard, les initiateurs du projet (hall B5, Stand A14).

Inutile de sortir son carnet de chèque : il n’est pas en vente. « Il s’agit d’un démonstrateur, indique Mathieu Chatain. Il faudra encore fabriquer un prototype avant de lancer la fabrication industrielle. »

Le tracteur vert est d’apparence robuste et assez comparable à un tracteur interligne classique car ses batteries sont disposées à l’endroit du moteur, à cette différence près qu’il est pourvu de quatre roues égales, chacune dotée d’un moteur électrique. Il mesure 1,40 m de largeur hors tout pour une longueur totale de 3,25 m et pèse 1,7 t équipé de ses batteries.

"Un engin pour la traction"

« Nous aurions pu le faire plus léger, mais ce n’était pas le but. Nous voulions faire un engin pour le travail du sol. Ce poids est nécessaire pour la traction », affirme Daniel Matt de l’Institut d’électronique et des systèmes de l’Université de Montpellier.

Lors des premiers essais réalisés dans le Gard, le tracteur a tiré pendant 4 heures un outil interligne à disque, sans interruption. « Nous l’avons conçu pour qu’il soit aussi puissant qu’un tracteur de 80 ch. Avec l’électrique tout le couple est disponible à très basse vitesse. On est plus puissant qu’un tracteur thermique. Et à l’utilisation, ce que l’on apprécie le plus, c’est l’absence de bruit et de vibrations », ajoute Daniel Matt.

"Rechargement en une heure"

Les batteries se rechargent en une heure sur des bornes fournissant 40 kW. Elles sont prévues pour durer 40000 cycles de chargement et de déchargement. « En gros, c’est 20 ans de travail », assure Daniel Matt.

Reste aux concepteurs à trouver un partenaire industriel désireux de reprendre le projet dans l’objectif, idéal, de sortir un tracteur électrique au même coût qu’un thermique.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé